Les trois Parques en 3D


« ...Les contours de leurs figures variaient comme la flamme d'une lampe, et à tout moment quelque chose de l'une passait dans l'autre... chacune était ainsi un composé de toutes... » Gérard de Nerval Trois coréennes (l'une est mon amie, les autres les siennes) m'ont longtemps évoqué cette image. Elles se sont réunies pour coudre ce matin : le tableau parfait ! Je me rue sur mon édition d'Aurélia, tombe pile sur le passage. Un signe ! Il faut écrire. Les corps jaunes De trois jeunes Coréennes Dans notre Appart' Si cousines Qu'elles cousirent Fichtre À l'unique Les Moires Qui s'marrent Les plissures Des sourires De leurs poires Il faut aussi avouer que le bouquin est longtemps resté ouvert à ce passage, ce qui explique peut-être... Alors, qui file nos destins ? « ...Trois femmes travaillaient dans cette pièce... »

À propos de Perrin Langda


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 736 autres abonnés

%d bloggers like this: