A quoi ça sert ?

A quoi ça sert, la subordination ? de lire des livres trop anciens ? qu’on se pose des questions ? L’essentiel est d’avoir de l’argent Pour le frigo et la voiture : Voilà ce que disent les gens A leurs enfants sur le bonheur. Un jour, tu seras, mon petit, Un travailleur, un employé, Un fonctionnaire, quelqu’un d’utile Et de plus ou moins bien payé : Rassure-toi, toi aussi, tu serviras A des tâches utiles, et ta fierté Te viendra du bonheur que ton emploi, Ta fonction, ton travail, offrent à la société – Mais ne t’apporteront sans doute pas à toi ! Qui, passant l’essentiel de ta vie au travail, Lassé de ton emploi, de ta fonction, d’être un outil, Rencontreras parfois les vraies questions qui nous travaillent Dans nos rares moments de temps libre, Rechercheras peut-être dans les pages d’un vieux livre Les mystérieuses origines de ces interrogations Malheureusement sans succès : puisqu’au sein des sinueux méandres Du livre, de ta vie (du livre de ta vie), trop de subordinations Sur la clé du bonheur se seront installées pour que tu puisses comprendre.

À propos de Perrin Langda


4 responses to “A quoi ça sert ?

  • Désirée

    Oui, c’est vrai. Mais toute cellule mentale peut être fracturée. Mais pas par tous. La plupart se contenteront de l’espace bien carré de la cellule, parce qu’au fond être comme tous les autres, c’est rassurant. Ce n’est pas confortable d’être un mouton noir parmi les blancs -et on sait bien ce qui leur arrive aux moutons noirs quand ils bêlent trop fort.

    Et d’une certaine façon les moutons blancs sont très heureux entre eux. Et je crois que les moutons noirs sont heureux avec personne. Trop de questions, trop à vifs, trop conscients. Surtout qu’il n’y a pas de réponse à leurs questions. Le bonheur qu’est-ce que c’est? Pour moi c’est d’être en paix. Dehors et dedans. Que le corps soit en paix, que l’esprit soit en paix. La paix arrive avec l’âge et non pas une forme de résignation, mais d’état. Une acceptation sans douleur qu’il y a des réponses qu’on aura jamais malgré ce que prétendent les escrocs, les sectes et les églises.

    Et puis, sans doute que tout au bout du bout, trop de questions finissent par tuer la question.

    En tant que mouton noir ayant fait son coin chez les blancs, je n’aurai qu’une chose à dire à un agneau noir: vis!

    • Langda

      Qu’on soit noirs ou blancs, on est tous des moutons ! Se poser des questions est au moins un moyen de ne pas se donner l’impression de l’être…
      Après, je ne crois pas que trop de questions tuent la question.
      Mais si les questions te travaillent trop, si la question te torture, c’est sûr, il faut y aller mollo !

      A bientôt, et bonne fin de week-end chère Dé

  • Nounedeb

    Pas poser de questions! Être de bonnes fourmis! Avoir des rouages, comme sur la photo, au lieu de neurones souples et libres! Faciles à gouverner. Faciles à leurrer!

  • Langda

    Ya von ! Toi bonn trafailleur ! Toi poufoir travailler bientôt pour moi et pour pas grand chose !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 650 autres abonnés

%d bloggers like this: