Apparition de l’authentique ornithorynque d’Héraclite sur la plage de Saint Domingue

  Je repense à tes sa ges sentences, Héraclite, En congé sur la pla ge de Saint Domingue. Soudain paraît en son ge un vague ornithorynque, dans l’alliance des corps d’un fleuve hétéroclite : … « je suis ce que je man ge, un insaisissable être qui fuit au gré du Gange » … « fleur de sable empruntant Aux bêtes et aux plan tes mes futurs printemps » … … « et mon cœur est hanté des têtes fauchées des autres » … … « j’ai dans les yeux des chimères de souvenirs de vacances » … « des formules de lumières » … « des univers de phosphènes » … … « où s'annihi le des désa stres la violence » … Pfui ! Mais que figurait l’énergumène ? Ainsi tout s’amalga me et se transforme ? Où est l’identité de mon âme sans forme ? 

mai 2010

À propos de Langda


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :