Gestalt

7U
        L15
7U
        L135

 D35
         P01N75
 M415
         P01N7

  D3
          53N5
          D4N5
  L3

           C13L
   N01R
   V01R
           L'41L3

    D'UN
            CY6N3
    D'UN
            S16N3

     L35
             MY7H35
     D35
             5CY7H35

      4UX
              457R3S
              4PR35
      H4U75

               C'357
       DUR
       C4R
               70U7

        357
                D0U8L3
        37
                7R0U8L3

         3N
                 M3R
         54N5
                 P41R5

          CH4QU3
                  1L3
                  F1L3
          V4QU3

                   CH4QU3
           N3F
           BR3F
                   CH4QU3

            FL07
                    R1M3
            4U
                    RY7HM3

             D'UN
                     4U7R3
             D'UN
                     37R3

À propos de Langda


9 responses to “Gestalt

  • Nounedeb

    Salut Langda. J’aime cette inventivité toujours renouvelée. Comment dire; ça aère.


  • Oui, j’abonde…


  • Le titre me fait penser à ce roman de science-fiction de Théodore Sturgeon à propos de l’homo gestalt qui selon certains serait la prochaine évolution humaine, « les Plus qu’Humains ». C’est d’ailleurs assez étrange comme le livre me parait d’actualité en y pensant. Ne vivons-nous pas dans ses extrêmes les derniers soubresauts de l’individualisme? La co-location, la vie en communauté n’est-elle pas les prémices du gestalt?

    Voici ce que dit wiki de ce bouquin:

    Gestalt:

    C’est la création d’un ensemble qui n’est pas simplement une juxtaposition mais le dépouillement d’une partie de son individualité pour parvenir à une communion où chacun apporte aux autres ce qu’il ne peut réaliser. C’est la mise en place d’un véritable contrat social afin de créer une communauté, comme dans toutes sociétés, mais avec un sens encore plus profond.

    Dès lors au fil des pages on peut voir une interrogation sur la société en général : la cruauté ou la conscience que peut avoir ce regroupement que sont nos sociétés.

    Interpellant non?

    • Langda

      Pour te répondre plus précisément, je ne sais pas trop ce que c’est que cet « homo gestalt », mais ça me paraît un peu fumeux, je n’ai pas vraiment envie d’en faire partie de toutes façons, et surtout je ne crois pas que nous ayons tant évolué depuis l’homo sapiens, qui soit dit en passant, a toujours vécu en communauté, tout en ayant toujours été un parfait égoïste ! Question d’équilibre… Bon sujet de discussion en tout cas.

  • Langda

    Merci à vous trois !
    Oui, Dé, c’est interpellant, ce que tu dis… On dirait que ce roman mélange des choses différentes : la gestalt et un truc comme le « socioconstructivisme » (en fait, pas sûr du tout du mot, mais je veux dire l’idée selon laquelle la conscience naît de toute structure organisée, et donc qu’une société organisée acquiert une conscience propre et différente de la somme des consciences individuelles ; l’âme de la fourmilière, quoi, et les fourmis qui triment sans trop se demander pourquoi…).
    Après, les deux idées ne sont certainement pas très éloignées…
    Mon titre faisait allusion à la gestalt comme théorie cognitive de la forme : notre cerveau crée des formes, et du sens, en « reliant des points », par proximité, ressemblance, etc., là où il n’y a, dans la réalité, qu’un magma confus d’ondes, d’atomes, et de vide, ou dans un texte, qu’une page remplie de mots et de blancs qui ne donnent pas la moitié des informations nécessaires à la reconstitution de l’histoire.
    Mais j’en rajoute déjà un peu, et j’ai aussi voulu aller plus loin que ça dans le poème.
    Au fait, c’est ton article avec l’écriture « D35 CH1FFR35 3T D35 L3TTR35 » qui m’a remis ces idées en tête ! D’ailleurs, je vais voir ce que donne ce poème écrit comme ça… A plus !

  • ignatius

    Joli, comment ça s’appelle déjà cette écriture? Tu sais les hackers l’utilisaient au départ. Ca fait aussi penser à l’hébreu où l’on n’écrit pas les voyelles, et chaque lettre a une correspondance numérique. Bien vu pour le gestaltisme; c’est amusant d’ailleurs, je réfléchis à une forme d’écriture en prose qui reposerait un peu sur ce concept de correspondance de mots dans la pensée, pour n’avoir pas à tout écrire, laisser seulement un bout de fil dépasser et que le lecteur tire avec les idées qui viennent à la suite (bon au fond ça n’a rien de novateur, évidemment. D’ailleurs j’avais écrit un poème là-dessus, un « demi-poème ». Bon boulot en tous cas, je le préfère avec les chiffres qu’avec les lettres, il prend plus de sens comme ça. Question bête: pourquoi avoir laissé quelques voyelles à la fin du poème?

  • Langda

    J’ai retrouvé : c’est le 1337 5|*34|< (leet speak). En plus il y a un dictionnaire sur wiki 🙂 ! Je vais tout refaire du coup, mais en simplifiant un peu…
    Pas besoin de se prendre le chou pour appliquer cette théorie de la gestalt : ça se fait tout seul, impossible de tout dire ! Mais tu peux aussi jouer dessus et en dire le moins possible… Comme tu dis dans ton "demi-poème" : ce serait le rêve, "Fiat Lux" !
    Umberto Eco a théorisé ce qui me semble être l'application littéraire du gestaltisme dans Lector in fabula, mais c'est vraiment très casse-pied à lire.

  • Langda

    Ah oui, merci pour les lettres manquantes, ce n’était pas voulu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :