Un Chien errant

***

Photo de Yusuf Sevincli

 Des formes Des gouttes de pluie Des parapluies Panneaux indicateurs Enseignes de marques Affiches publicitaires Des coloris vestimentaires s'appliquent sur des quarks Comme de petits paquets de vide Impriment des lueurs phosphènes vivides et vaines Sur les espaces imaginaires des fibres qui virevoltent dans les regards Le chien errant renifle Celui qui sait entrevoir les signes à la place des autres En attendant que tu finisses tes courses Et devine Une galerie marchande ambiguë en plein air Il y a là, j'imagine Un livre ouvert les pages au vent L'odeur des cendres de ma clope Des cris d'enfants s'élèvent sur les aires de jeux Dans les pelages crâniens l'humidité de la pluie Le parfum âpre Des cafés sans sucre Et les courbes ondulantes surréelles Des mannequins en sous-vêtements C'est le début de l'automne Il n'y a pas d'éclaircie Et défilent des formes Qui déforment des files et le tissu de nos habits dans un chaos confus de symboles et de massifs floraux Passe le clebs en flairant Autour des cercles de béton et des figures qui évoluent selon les tracés à couvert De massif en poubelle D'arrières-trains en impressions nouvelles En chiant sur les avenues Et sur les pages au vent du livre ouvert que j'imagine (personne ne lit dans les galeries marchandes Qui chercherait à traduire La chanson britannique Qu'on entends dans les hauts-parleurs ? Nobody understands the lyrics...) au cœur de la galerie marchande Là où ce clebs renifle des syllepses Dans les plis de mon pantalon Là où je suis juste là à t'attendre Et il ne se passe pas grand chose Quand tu passes me prendre sous ton parapluie rose Ta peau rayonne d'existence Il y a en toi quelque chose de réel qui tremble et que j'aime Et ça n'a pas vraiment de sens Mais nous partons par là ensemble Dans le poème informe De ce drôle de clebs

À propos de Langda


4 responses to “Un Chien errant

  • Nounedeb

    Salut, Langda. Un beau syllepse. (Je viens d’aller voir ce que ça veut dire). Trouver de la poésie dans une galerie marchande; il faut être un artiste…

  • Langda

    Merci Nounedeb ! Oui, UNE syllepse ( 🙂 ), soit le fait d’employer un terme au sens propre et figuré à la fois. Le « paquet de vide » et son « coloris vestimentaire »…
    Artiste ?! C’est vrai que c’était pas facile, mais l’attente était suffisamment longue pour que je me mette à rêvasser…

  • heptanes fraxion

    vraie voix vivante,brio,vista,visions vibrantes: le son et le sens sans que l’un annihile l’autre :y a pas à dire,tu taquines !

    (et merci pour la visite Germanophone )

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :