Depuis l’immense espace interstellaire…

Depuis l’immense espace interstellaire
Aux plus infimes interstices
Des calmes sphères énor mes qui gravitent
Jusqu’à l’atome surréel

De l’écorce des pla ques tectoniques
Au molécules de ton sang
Du fond des plages aux vagues sur la anse
Et aux félins qui te taquinent

A nos corps qui s’éloi  gnent dans le lit
Aux yeux rieurs encore hier
Ce soir qui pleu rent des choses futiles…

…De tout cela au moindre rien
Toi, moi : on se repousse et puis on s’aime
Ce qui nous lie ne meurt jamais.

À propos de Langda


4 responses to “Depuis l’immense espace interstellaire…

  • racbouni

    Amoureux va !

    Un poème qui marie cosmos et amour, ça me rappelle un peu le poème du Baiser de Prévert et qui se termine sur ce vers :  » la terre qui est un astre », je ne trouve plus le titre…

  • Langda

    Hé hé ! Amoureux de tout, surtout…
    Oui, tu as vu tout à fait juste, je me rends compte que j’avais sûrement le très joli effet de zoom de ce poème (« Le jardin », thanks to Google) en tête quand j’ai écrit ce truc, ainsi que « je bulle, tu bulles » d’ailleurs.


  • Dis donc tu es drôlement en verve…en plus c’est beau. Chouette!

    • Langda

      Mille mercis ! Cette verve dure depuis quelques semaines, ou depuis que j’ai ouvert ce blog, ou depuis… une certaine amertume dont l’origine est grossièrement planquée dans le long texte d’hier soir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :