Chewing-gums

Ainsi que dans la neige Nos pas ne laissent pas De traces sur l'asphalte De la ville de Liège L'amour rend un peu con Mais ce sont des chewing-gums Par terre cradingues comme Une nuit de flocons Étoilée qui eux collent Et neigent à l'envers Du sol noir vers le ciel Noir de nos rues piétonnes Oui ! C'est un joli soir Pour picoler mon cœur !

À propos de Langda


7 responses to “Chewing-gums

  • racbouni

    J’en connais un qui a écouté « Il neige sur Liège » de Brel !!

    Mais euh, Liège c’est mon fief !!

    • Langda

      Ben non, même pas, j’avais juste besoin d’une rime avec neige, qui évoque la ville et la boisson… (ah, les stéréotypes !). Un peu facile, certes, mais en effet, j’étais d’autant plus content de me dire que c’était ton fief, vu que ce poème est à la fois une réponse et une concession à ceux qui se moquent de l’amour ;-).

  • ignatius

    piège, siège, sacrilège, liège (pas la ville), Ariège (le dép!), manège, sortilège, Meige (mon pion principal quand j’étais au Lycée… c’est ça avoir de la culture!), parténogeneige (sic); bon peut-être aurAIS-Je dû aller voir un dictionnaire de rime, ça serait allé plus vite. C’est drôle comme une simple inversion de la place d’un mot pourrait changer radicalement la tonalité du poème: si tu mettais « mon coeur » ailleurs qu’à la fin (« Oui, mon coeur! c’est un joli soir pour picoler »). Qu’il est mimi notre Langda ces jours-ci!!

    • Langda

      Ce coup-ci, il n’est pas forcément sérieux, ce mimi « mon cœur ! ». Je ne l’aime pas trop non plus, mais pour l’instant, je le laisse à la fin, d’abord parce que si je le déplace ça bousille tout mon « presque sonnet », et ensuite parce qu’il rentre dans une logique où l’amour/l’ivresse permettent au moins de transfigurer (ou de voir la beauté d’) une réalité moche, même si ça paraît niais.
      Pourquoi être forcément glauque, trash, cru, ou dérangeant ? Je le fais aussi des fois. Ce n’est rien d’autre qu’une mode actuelle (doublée d’une tendance masculine) qui n’est pas toujours très jolie ;-).
      Bon dimanche à toi

  • ignatius

    ce n’était pas une critique du tout, une simple remarque un peu naïve. N’en change rien, de plus le déplacer ne ferait que mettre l’accent sur une chose que l’on sent déjà, qui est déjà exprimée par le poème.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :