Tajine aux pruneaux

Dans la sauce baignant Des criques de pommes frites Un îlot de pruneaux Les pelles des pirates Sont des morceaux de pain Nos doigts sont des pirates Qui baignent dans la sauce Déchirent les patates Ecrasent les pruneaux Et creusent dans les strates Car nous cherchons la chair De l’agneau sur la carte Pris la main dans le plat Mais unis par un pacte Nous partageons la chair D’une ancienne sourate L’agneau est lambeaux Nous conscients de nos actes

À propos de Langda


13 responses to “Tajine aux pruneaux

  • Miss Ayo Délé

    Gourmand!
    J’aime bien les abricots aussi dans le tajine.

    • Langda

      Oh oui, gourmand ! Mais pas seulement… Je suis ce que je mange, disais-je ailleurs…
      Et toi, amatrice de sucré salé, à ce que je vois ?

      • Miss Ayo Délé

        J’adore le sucré salé et les tajines.
        Je mettrai du miel et des pommes dans le prochain.
        L’autre fois j’ai fait cuire des carottes dans de l’eau de fleur d’oranger, un délice. L’eau n’est pas sucrée mais on l’associe souvent aux desserts.

  • Pivoine

    Ça donne envie d’orgie de Tajine aux pruneaux!!!! Au départ de ton écrit, le Tajine ressemble à un jeu d’enfants.
    Pris dans ton jeu, tu racontes la dégustation laquelle dégénère autour de l’agneau sacrifié et torturé. Belle et tragique orgie en cette Pâque.

  • Nounedeb

    La photo renforce le texte, car on voit combien c’est un repas simple, un partage de mets autant que d’amitié, peut-être en un silence gourmand des deux? Non le tajine pris en solitaire au restaurant, chacun son assiette et surtout pas les doigts.

  • racbouni

    Belle sonorité, bon balancement des vers,

    et l’on retrouve ta sauce « vérité profonde sous couvert Oulipesque » pour lier le tout !

    Merci !

  • Désirée

    La nièce de mon mari mariée à un algérois et totalement convertie aux us et coutumes « de là-bas » prépare des gâteaux au miel et à la datte à se rouler par terre. Mais ce qui m’a le plus étonnée dans sa cuisine apprise de sa belle-mère, c’est l’irruption de la cannelle dans les plats dits salés. Les carottes et le boeuf cuit de cette manière ont un parfum vraiment séduisant pour les papilles 🙂

    • Langda

      Je veux bien le croire ! Le sucré-salé, j’adore ! Mais quand c’est trop exagéré, c’est l’horreur (ex., le cuistot du « bar à vin » – tu connais, je crois ? 😉 – s’amuse parfois à mettre une boule de glace sur un rôti de je ne sais plus quoi).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :