Tranche d’âme taillée dans un rêve V

J’avais appris à trancher les géants hideux des sous-sols Et je tenais, dans ma main, le creux des stations-essence Que je faisais chanter comme des sirènes Et ma propre grand-mère voulait saisir le pourquoi du comment Quand l’extérieur plongea dans une pénombre partielle Dehors un astre cachait le soleil Cinq, en fait, qui se distinguèrent En partant dans toutes les directions Comme les bras des danseuses indiennes Tandis que la Terre semblait se renverser Il se traçait d’invisibles lignes verticales Deux astres dont l’un était blanc Et moucheté de taches rouges Passèrent dessous avec la célérité grave Et lente des mouvements des planètes Nous, nous étions légers, légers comme des anges Et nous quittions le sol, calmement

À propos de Langda


17 responses to “Tranche d’âme taillée dans un rêve V

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :