Allergique


Allergique au pollen Allergique au printemps Au lactose, au gluten A la poussière du temps qui passe Elle aimait le béton Les détergents Et le savon (Mais surtout pas Les agents d'entretien) Elle pourchassait la moindre trace Sur la faïence et les miroirs – Et le contact De son amant Lui donnait des montées d'urticaire Pourquoi donc se livrer à tel acte ? Elle refusait qu'il la voie nue Avec toute la Xénophobie De son tout propre corps Et ne parlait jamais aux inconnus Elle ne mangeait pas trop (Il se pouvait Qu'elle dégobille) Mais couvait une étrange haine Du fond de ses entrailles : On ignorait qu'elle votait FN Obsédée par la réussite Elle bossa dur ses examens Malgré ses crises de rhinite Puis brisant tous ses concurrents Dans de discrètes poussées d'eczéma Se construisit un univers plus rassurant.

À propos de Langda


16 responses to “Allergique

  • Nounedeb

    Être allergique au FN ne guérit hélas pas de la rhinite.

  • desireethome

    « Elle » s’appelait Narine (bin oui logique pour une allergique chronique!) 😉

  • Pivoine

    Magnifique la construction de ton écrit, mais où vas-tu donc chercher tout cela?
    Ton inspiration (j’espère non viciée par une quelconque tare) me renvoie à mon propre écrit « Avortement précoce », « Elle pourchassait la moindre trace sur les faïences et les miroirs » cette puce géante et puante de haine.
    A bientôt de te lire Langda.

  • Pivoine

    Cette puce transmettait la peste noire, bubons chargés d’agents toxiques. Normal lorsque la personne dont tu fais référence n’est que la résurgence de la Grande Peste qui s’abattit sur les peuples pour exterminer toute descendance impure « Pars vite et reviens tard » de Fred Vargas.

  • Pivoine

    Elle se vengeait ainsi de ceux qui avait survécu « les nantis », elle devait les éliminer les un après les autres telle une superstition inavouée d’être retrouvée intacte ayant feint la pauvreté alors qu’elle était de la race des « Nantis »

    • Langda

      Merci du compliment, mais je te renvoie la question : où vas-tu chercher cela ? Excuse-moi, mais je ne comprends pas grand chose à ce que tu dis, pour être sincère.

      • Langda

        Ah ! Ça y est, j’ai réussi à déchiffrer 😉 ! Je n’avais pas pensé à relier mon personnage à la peste noire, mais en fait, c’est une bonne idée, je trouve que ça lui va bien. Tel est pris qui croyait prendre : elle fuit la saleté comme la peste, mais elle n’en est qu’une incarnation… Par contre, à la fin, c’est elle qui devient plus moins « nantie »… Une version totalement paradoxale de la peste noire !

        • Langda

          3e commentaire pour répondre aux 3 tiens, et annuler définitivement le premier, comme ça on est quittes !
          J’avais quand même en tête l’idée vague d’une sorte de malédiction envahissante et contradictoire : on le voit dans l’espèce de force obscure qui anime le perso, et dans la forme croissante du poème, qui s’oppose à l’hygiénisme stérilisant et à l’aspect inoffensif du perso. Du coup, j’ai presque envie de le retravailler pour ajouter l’idée de la peste, qui précise tout cela : c’est vraiment une bonne idée. Mais j’ai aussi l’impression de ne rien pouvoir ajouter ou enlever à ce texte (si j’en conserve la logique, je peux « seulement » ajouter 4 strophes de 7 vers, ce qui serait un peu lourd…). J’aurais aussi pu renommer le texte (et le personnage par là même) « la peste », mais il faut qu’elle reste discrète et inoffensive ! Donc, laissons la peste en filigranes pour le moment.

  • racbouni

    « Bref, ma voisine est une hygiéniste facho  » serait-on tenté de résumer;
    mignon petit portrait qui évite l’écueil d’une trop facile condamnation morale.

    ça pourra paraître une hérésie à certaines gens, mais j’ai beaucoup de compréhension pour les gens qui votent FN, et je pense qu’il est important qu’un tel parti existe pour l’équilibre du jeu politique de notre pays;

    • Langda

      Dis donc, ce n’est pas parce que j’ai donné une fois en titre « Bref, je me suis réveillé », mais pour rire, à un poème qui n’a en fait pas grand chose à voir avec « Bref », qu’il faut y relier tout ce que j’écris (et ce qu’écrit notre ami Ignatius avec ça) !
      A vrai dire, la banalité du quotidien est parfois pour moi un point de départ, mais jamais un aboutissement, et le plus souvent, un simple décor, voire un leurre…
      Pour le FN, je suis d’accord, à la rigueur, qu’il faut qu’un tel parti existe, mais faut-il que des gens votent pour ? Je peux aussi faire preuve d’empathie et comprendre les serial-killer, mais il faut foutre ces gens dangereux en taule…
      En tout cas, le vers sur le FN n’est qu’un débordement, une petite blagounette pour exagérer le caractère de mon perso, mais ce n’est en aucun cas le sujet de ce poème. Et en effet, il n’y a pas vraiment de condamnation morale.
      Bon dimanche, amigo !

  • Pivoine

    Je n’ai pas de compréhension pour les gens qui votent FN. Je suis d’accord avec toi qu’il est nécessaire pour l’équilibre de notre pays qu’il existe un parti radicalement opposé à tous les autres. Je préfèrerai que ce soit « Anarchie Vaincra ». Dans un tel chaos, il me semble qu’il faut en passer par l’anarchie totale pour que renaisse de ces cendres notre belle démocratie.

  • Pivoine

    Langda, laisse ton écrit comme il est. Tu peux en écrire un autre dont le titre ne sera évidemment pas « Peste »

  • allergies

    Très expressif et profond bien qu’avec des mots simples. Moi j’aime!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :