Big Bang (s’envoyer en l’air)

***
tableau : William Turner, Lever de soleil sur un lac, 1840

une page word à remplir        au lit matutinal la mémoire virtuelle    de la réalité     j'entends       les bugs             		     voler        et je clique           « j'aime » sur tes cheveux de blonde wifi l'écran tactile de ta peau    	s'éveille  aux hugs les pixels     dans tes yeux            sont une      	         fenêtre                 ouverte aux tracés des étoiles à la vitesse lumière aux décollages 	     vers les mondes possibles      vers les messages            des décolletés les Star Wars 		des tendresses 	  avec la gravité       des plugs     des kiss 			    des langues     des zigzags   des black out     et des crashs  et en     BIG BANG         accéléré les connexions 	     annihilées 		dans les neurones et le néant des nébuleuses 	en galaxies pendues aux menus déroulants des parties de ton corps tes yeux  les ciels et les planètes ta bouche les mers et les cellules ta peau les monts et les vallées tes cheveux les forêts
et les villes entre tes jambes les jardins en fleurs des pavillons bourgeois et le son de ta voix la rumeur de la ville dans notre appartement les corps des créateurs crevés après l'amour     offerts sur un plateau          	      au petit déjeuner     ton mug   BB en suspens dans le monde réel              bienvenue sur la Terre         	       		  je t'ai fait      ton café

À propos de Langda


2 responses to “Big Bang (s’envoyer en l’air)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :