troisième oeil

Scintillement du soleil sur les particules. L’empreinte colorisée d’images sur la rétine. Et la fluorescence des mousses et des amanites. Dans une forêt qui couve fraîchement ses jaunes bolets sans tambour ni trompette. Le regard paternel d’un jeune brochet trahi par son pêcheur de descendant. Ou la fraternité d’une algue. Sous le flic-floc du vent des flaques d’eau douce. Free-jazz des p’tits zozios. En fond la baffe des basses d’un concert de silence en montagne. Avec des octaves de couleurs et de formes. Et la pluie fraîche qui tombe. Mais un peu à côté. Puis un nuage tout seul balaie la plaine avec son ombre. Soir. Point à la ligne d’horizon. On sent un peu la très légère courbure du sol contre son dos. Tranquillement transporté vers la belle étoile. Insecte épinglé sur la Terre. De l’utilité d’un troisième œil quoi.

(Maxime de nulle-part pour personne, dessin d’Eric Demelis)

 

À propos de Langda


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :