Fais passer l’poème : Ashraf Fayad

Aujourd’hui, deux extraits du recueil Instructions, à l’intérieur, d’Ashraf Fayad, poète palestinien écrivant en Arabie Saoudite et ayant pour cela écopé d’une peine de mort gracieusement commuée en huit ans de prison et huit cent coups de fouets. Textes traduits de l’arabe par Abdellatif Laâbi, éditions Le Temps des Cerises, 2015.

 

fayad-livreL’air est pollué
ainsi que les bennes à ordures
De même ton âme
depuis qu’elle s’est mélangée au carbone
et ton cœur
depuis que ses artères se sont bouchées
et qu’il refuse d’accorder la nationalité
au sang refluant de ta tête

***

Réfugié : c’est peut-être le dernier
dans la file
pour obtenir un quignon de patrie
Le pied de grue : ton grand-père le faisait déjà
sans savoir pourquoi
Le quignon : c’est toi !
La patrie : une carte que l’on range
dans son portefeuille
L’argent : des papiers à l’effigie
des leaders politiques
La photo : elle te garde la place
en attendant ton retour
Le retour : un être fantasmagorique
mentionné dans les contes de la grand-mère
Fin de la première leçon
J’en viens à toi pour que tu apprennes
la deuxième leçon :
Quel est… ton sens ?

Ashraf Fayad

À propos de Langda


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :