chienenragé

Les chiens aboient. La caravane des têtes de Turcs trépasse. Ça se flaire le train-train crottidien. Ça ramène la baballe du boulot à la maison. Nonos à moelle au fond d’son p’tit jardin secret d’polichinelle à soi. Niché en creux d’une p’tite case en béton avec en lettres roses un patronyme sur une grande boîte aux lettres. Une écuelle de croquettes de poulet pané qui reste un peu sur le ventrou. Caca dans la même flotte que celle qu’on lape. Toujours marquer son territoire en pissant sur sa propre identité nationale. On a le droit de frétiller d’la queue en se frottant sur la guibolle du dieu d’que dalle bordel de nom d’un sale clébard à son papa.

(Maxime de nulle-part pour personne, dessin d’Eric Demelis)

À propos de Langda


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :