chez moi
la mer
c’est des
champs
qui
s’échappent
à perte de rues
et les rires
des pigeons
gris
les petites
bestioles
qui nagent
dessous
apparaissent
dans les remous
de la terre
retournée
par la quille
des tracteurs
au loin
le Vercors
gronde comme
une lame brisée
sur l’horizon
le marin
c’est cet homme
marié avec une nymphe
et papa d’un triton
qui revient de la ville
noyé dans les transports
tous les mois voir
sa mère
à la
campagne


(j’ai oublié mon appareil photo mais j’ai quand même pris des poèmes, le retour)



À propos de Langda


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :