...


les avions tracent des traits dans le ciel

………………………………………………………

les falaises tranchent les monts

les pistes de ski vides taillent les forêts l’été

les champs carrés quadrillent toute la vallée

………………………………………………………

les rues la ville


les murs séparent les hommes

les peaux isolent les âmes

les mots découpent le blanc des pages

………………………………………………………

ce poème lui
reste un


(j’ai oublié mon appareil mais j’ai quand même pris des poèmes,
recueil bientôt fini)

À propos de Langda


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :