poésie biologique

poème à retourner contre toi-même

ta manière
d’incarner
ce lieu
où la lumière
n’entre jamais
renvoyant
une projection de ton épiderme
ce n’est que l’envers de toi-même
l’extérieur de ton être
et cependant il semblerait que d’un autre côté
l’intérieur de toi
soit un endroit
où l’on trouve plutôt
ce que tu es vraiment :
de la merde
des intestins
du sang
un cœur
parfois même
une conscience
d’un
tout

(image Hans-Peter Feldmann, Two girls with shadow)

Voir l’article original

À propos de Langda

C'est qui Perrin Langda ? Voir tous les articles par Langda

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :