poésie biologique

peuple érable
(hêtre humus)

.


mon cœur
est un noyau
d’où pousse
un érable
écarlate

veines artères rouges de sève
troncs branches rameaux brindilles et tiges
vermeilles

deux mains pareilles
aux feuilles
qui brassent les lignes
du vent

j’avance
pieds plantés dans l’humain
entouré d’hêtres humus
avant tout pour élargir l’envergure
de mes racines

une peau d’écorce
comme camouflage
de mon essence
végétative

printemps
constant
de mes cellules
qui bourgeonnent
à tout
instant

en attendant
que cèdent
les tuteurs de
mes
os

Voir l’article original

À propos de Langda

C'est qui Perrin Langda ? Voir tous les articles par Langda

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :