Archives de Catégorie: Détournements de mythes

Héraults
of the mythes
and magiques


Y’a
quatre mois
j’ai monté
une armée de poètes
pour protéger le monde
en voici la composition
en avant-première
Grégoire
d’Armor
première ligne
guerrier berserker nain
pourfendeur d’aristos
gros bourrinage à la hache
gros bouclier pour encaisser
poèmes de guerre terrifiants
semant la panique chez l’ennemi
assez roublard pour extorquer
des réductions aux marchands
d’armes ensuite
Frédérick
Houdaheur
guerrier-mage demi-orc
bourrin mais également
lanceur de sorts à l’épée longue
donneur de claques et d’illusions
spécialisé dans le sauvetage de dames
qui ont surtout besoin d’être sauvées
du poète de leur quotidien
et éditeur de parchemins
ça peut servir
puis
Emanuel
Grande-peau
géant des neiges
moine du soleil
capable d’écraser
l’adversaire à mains nues
après lui avoir envoyé
deux petits lutins facétieux
pour lui ronger les nerfs
en une danse
maléfique
voilà
pour les
costauds
après on a
Perrin
Langue
d’Ac
(c’est
moi)
barde
homme à tout faire
toujours d’accord
si faut cogner les mots y cogne
si faut piéger une phrase y piège une phrase
si faut vider les poches des honnêtes gens y vide leurs poches
si faut lancer des métaphores de flammes y lance des métaphores de flammes
si faut plomber l’ambiance avec des chansons tristes y plombe l’ambiance
puis viennent les troupes
à distance d’abord
Pénélope
Gore
archère
elfique
sans arc
aux flèches
trempées
dans le
poison
des cieux
qui font
mouche
une
seule
fois
par
jour
ensuite
Heptanès
Fracturion
golem d’argile prêtre des rues
invocateur de zombies punks à chiens
le type qui joue à coller des incantations
sur les enseignes de l’ennemi
pour panser
les passants
et pour finir
Lorenzo
Bouhissé
sorcier
vaudou
provocateur d’hallus
dresseur d’iguanes
ayant bien traversé
cent contrées inconnues
pour en ramener d’obscures
formules
magiques
et si ça
suffit pas
on invoquera
le capitaine Sapin
pour qu’il anéantisse
toute résistance
sur son croiseur
stellaire
voilà
voilà
y’a
quatre mois
j’ai monté
une armée de poètes
dans un jeu vidéo
du coup j’écris plus
trop


tu sais mamie Odette
quand on t’accompagnait faire les courses au Mammouth
promis c’était vraiment que par amour
mais aussi pour que tu nous offres un bel album de Radiohead
ou un jeu Megadrive
ou encore des partoches de Metallica
qu’on lorgnait avidement depuis des jours
et ça marchait toujours
parfois même plusieurs fois par jour…
mamie Odette
toi qui nous fis connaître le Macdo
t’ai-je assez dit merci pour tes cadeaux
toujours modernes
à la pointe de la dernière mode ?
il faudrait te dédier une odelette
pour que tes jours
courent
toujours…

(mamie Odette)


Teaser
pour mon nouveau recueil

après un premier jet de quelques lignes
plusieurs mois de peaufinage intensif
et un passage légèrement douloureux à l’impression
les éditions la vie
est un bobo qui dure parfois longtemps
sont heureuses de vous présenter
notre deuxième recueil de poésies
intitulé
Sidonie
les premiers textes parlent
d’une belle poulpette violette
de couches crados
de peau à peau avec du Bob Dylan
de larmes aux yeux et de montée de lait
les suivants
s’écrivent tout seuls
à mesure qu’on tourne
les pages des jours


Le côté lumineux de la déchéance


trois moineaux

sortent soudain du bas-côté

…        

escortent ma voiture

à la vitesse lumière

tels des chasseurs intergalactiques

voltigeant dans un couloir de lorraines

puis repartent aussitôt

autorisation

d’entrer dans

le quartier

résidentiel

accordée

mon GPS prononce :

« vous êtes arrivé à destination

bienvenue dans un futur meilleur »

et ma Clio

millénaire se gare

sur un parking fleuri

de tags rebelles

à la surface

d’une étoile

verte


(j’viens pour l’annonce sur leboncoin.fr)


3c41868b3c8e20c983e47e63d99b594a

RadioOde
(toute une
adolescence
rythmée
par les sorties d’albums
d’un groupe anglais)
je me souviens de nos années Pablo Honey
n’importe qui pouvait jouer ça à la guitare
même les gamins un peu bizarres comme moi
quand j’pensais à une jolie fille
j’avais des problèmes de décompression
mais j’me croyais à l’épreuve des balles
avec mes deux incroyables poumons de fer
la ville brillait faussement sous le plastique
pour me cacher les ossements
et l’esprit des ruelles
(disparaissait)
sous des étoiles
noires
moi d’accord
avec mon ordinateur
et sans surprise
j’allais à l’école en touriste
parmi les robots paranos
et je rentrais chez moi en souterrains
qui me donnaient le mal de ma planète
assez pour passer par-dessus les murs
plus fin et plus heureux
pendu aux airbags
de ma Juliette de sortie de secours
comme un p’tit veinard
que j’étais
nous les ados à
force on croyait plus trop
aux hymnes nationaux
les boîtes de nuit étaient bien trop pleines de crétins
on s’réveillait quand même souvent avec un citron
pressé cherchant comment faire disparaître complètement
les derniers restes d’optimisme accrochés à nos gueules de bois
et c’est comme ça
qu’on oubliait
serrés comme des sardines dans une auto
à s’fumer des pyramides orientales
c’est pas nous qui faisions les dollars
ou sortions les couteaux
on se battait plutôt contre une armée de quiproquos
dans cet état il était tout à fait possible d’avoir tort
surtout quand on chassait la P’tite Ourse
sous la grande baie vitrée de chez mon père
avec toute sa vaisselle en équilibre sur le pif
jusqu’au petit matin
mais maintenant
certains
ont dit bye bye
aux bandits
se sont mariés
filent vers la lune
ont retenu
que 2 + 2 font 5
comment s’asseoir au rouge
s’lever au vert
ou dormir la nuit
en s’laissant
gentiment sucer l’sang
d’autres sont juste là
et mon lapin est mort
de la myxomatose
voilà pourquoi
je pêche des poissons tout bizarres
les panards dans un arc-en-ciel
et j’ai besoin de rien de plus
assez d’espace pour pouvoir faire quinze pas
une toute petite échelle pour l’imagination
quat’ minutes de sirène d’alarme en cas d’nécessité
et puis j’évite d’avoir de l’ambition dans les idées
elles arrivent bien trop lentement jusqu’à mon cerveau
qui s’épanouit
en régnant sur mes membres
comme une fleur de papier toilette
mais j’ai failli m’en séparer
ça oui
de toute façon
j’aurais jamais cette putain de
piscine en forme de Lune
sur une île déserte
où j’voulais rêvasser en famille

tout en regardant l’époque présente
incendier ses sorcières
avec l’approbation d’obscures plates-formes
alors merci d’m’avoir quand même laissé
toute une identité à me monter moi-même en kit

illustration : Stanley Donwood


Élégie en miettes

9c07ddd2acc9de27359afacff24e49c1

explosif
s’est fait péter
ce poème

pour 72 pages

sans toucher
un seul lecteur

vierges


L’importuniste

(2015 Jacques Dutronc cover*)

1413c585f9c18005796c38de8cbb40c9

je suis pour les chrétiens
je suis pour les musulmans
je suis pour les juifs
et aussi pour les athées
il y en qui s’confessent
qui s’repentissent
ou qui s’prosternent
moi je ne fais qu’un seul geste
celui de continuer ma sieste
celui de continuer ma sieste
toujours
sur le côté

photo : Jacques Dutronc, vers 1969
(*ou plutôt Jacques Lanzmann cover, puisqu’il s’agit du véritable auteur du texte original de « L’Opportuniste »)


Tour de France

950f706b3a4fcf81d0463637614190f7

nez dans le guidon
jusqu’à crever
c’est toujours tout droit
et toujours plus loin
au bout d’une bêtise sans borne
il faut juste serrer le peloton
avec un petit vélo dans la tête


Qui veut gagner des questions

(who wants to be a questionnaire)

tvshow

……

quand on est des milliards
à se tortiller sur une planète
y’a pas meilleure
question à placer que :
réponse a
bon, qu’est-ce qu’on
va bien pouvoir
commencer par détruire ?
réponse b
y vaudrait mieux
que j’sauve mes fesses
ou celles d’autrui ?
réponse c
et celles de ma voisine
elles sont plus jolies
que celles de ma femme ?
réponse d
didiou mais c’est
du vent dans ma cervelle
ou genre un poème ?


Hard rock

hendrixsolo
de poésie
avec la
langue

 


%d blogueurs aiment cette page :