Archives de Catégorie: Ici c’est là-bas

La pelle de la forêt
(lettre ouverte à l’esprit de Jack London)


cher Jacques
de Londres
ici y fait 3°C au soleil
nous on aime bien mais bon

c’était p’t-êt’ pas la peine de m’remercier
d’avoir forcé des centaines de cinquièmes
à lire tes livres

en m’faisant jouer
au chien d’traîneau
charriant une poussette
tout-terrain installée
sur une
luge

tu sais
j’ai l’impression qu’mon fils et ma nana
s’prennent un peu trop pour des trappeurs
quand ils me crient
« PLUS VITE PAPA !
PLUS VITE ! » en équilibre
là-d’ssus

mais comme
j’ai encore une pépite
de sept ou huit kilos
qui dort
dans mon
traîneau

et qu’ma
mine d’or
c’est leurs
éclats
de rire
quand
j’m’étale
dans la
neige

j’veux bien
qu’tu d’mandes à tous tes personnages
si y’a une aut’ manière de braver la poudreuse en famille
quand on n’a ni raquettes ni skis et deux gosses en bas-âge
vu qu’y s’y connaissent bien
asskip’

PS : tes romans du Grand Nord
est-ce tu t’imagines où j’me les fourre ?

et mes fourrures
j’te dirai pas
où j’les capture
quand j’me réchauffe
près du feu
de ma
meuf


– Papa, as peur des éléphants toi ?
– Bien sûr que j’ai peur des éléphants !
– Mais non ! As peur de rien toi ! Es très fort !
– Oui, bon, d’accord, mais là, quand même, un éléphant c’est très gros, je peux rien faire moi…
– Mais toi tu es très grand papa ! Beaucoup beaucoup !
– Alors oui, certes, mais pas assez quand même… Moi à côté d’un éléphant je suis tout petit et j’ai très peur, tu sais c’est normal d’avoir peur quand on fait pas le poids, c’est même plutôt raisonnable en fait…
– Mais tu sais, si y’a un éléphant, ze te protèze moi.
– Ah bon !? Et comment tu vas faire ?
– Si y’a un éléphant, toi tu rampes, et moi je te tire par les pieds ! Comme ça !
– Ha ! Ha ! Ben dis-donc ! Maintenant j’ai plus peur !
– Non ! Écoute ! Après il faut on court tous les deux très vite !
– Ha ! Ha ! Ha ! Mais c’est vrai ça ! Vite vite !
– Et il faut bien attacher les bottes ! Sinon on va tomber et l’éléphant il va nous attraper !
– Waouh ! Je me sens prêt à affronter des éléphants maintenant ! Et même des lions !
– Papa, as peur des lions toi ?

(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)


manuel de grammaire pour les jeunes mamans top-modèles


la première langue
d’une larve d’homme
c’est des
larmes

la deuxième
quand il fait
risette

après
(syllabes mots phrases poèmes romans traités de linguistique…)

ben c’est du babillage


– Papa, c’est quand on arrive chez Papy et Mamie ?
– Bientôt, dans un quart d’heure…
– Papa, c’est quoi un quart d’heure ?
– Un quart d’heure c’est le temps de regarder trois épisodes de Peppa Pig.
– Papa, m’ennuie moi.
– Eh ben dans un quart d’heure tu t’ennuieras plus.
– Papa, quand c’est un quart d’heure, m’ennuie plus. Mais quand c’est deux heures, m’ennuie encore.
– Hein ?
– Quand c’est deux heures, m’ennuie encore. Mais quand c’est treize, m’ennuie plus.
– Euh, je comprends pas là… À treize heures tu t’ennuies plus ? Mais là c’est dix-sept heures !?
– Mais non ! Quand c’est krinze heures, m’ennuie encore. Mais quand c’est un deux trois, sept six neuf, vingt et un, vingt deux, m’ennuie plus. C’est facile !
– Ah oui, à vingt et une heure ou vingt deux heures, tu dors, alors forcément, tu t’ennuies plus. C’est ça ?
– Ben oui, tu vois c’est facile !
– Euh…
– Papa, c’est quand on arrive chez Papy et Mamie ?

(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)


c’est une maison bleue
adossée à la colline
on y vient à pied
on ne frappe pas
ceux qui vivent là
ont jeté la clé
on s’y…
– Papa ! Pourquoi ils ont jeté la clé les gens ?
– Eh ben c’est parce qu’ils sont très gentils, ils veulent que tout le monde puisse rentrer chez eux, alors y’a plus de clé…
– Chut ! Papa ! Écoute !
…dans le brouillard
enlacés roulant dans l’herbe
on écoutera
Thom à la guitare
Phil a la kéna
jusqu’à la nuit…
– Papa ! Toi tu joues de la guitare des fois mais
toi tu roules pas dans l’herbe et tes copains
ils roulent pas dans l’herbe quand toi
tu joues de la guitare plutôt !

– Oh oui ! Tu sais, on a passé l’âge de faire des roulades… Et puis on n’est pas des hippies tu vois… On se voit qu’une ou deux fois par an, alors on préfère se parler plutôt…
– Mais chut ! Papa ! Écoute la chanson !
…bleue
accrochée à la mémoire
on y vient à pied…
– À la baignoire !? Pourquoi elle est accrochée à la baignoire la maison papa ?
– Ha ! Ha ! Ha ! Mais non ! À la mémoire ! C’est pour dire qu’elle est dans ses souvenirs quoi, c’est comme un rêve où il retrouve tous ses vieux copains, comme toi au parc, ou comme Papa et Maman pour le jour de l’an…
– Mais ! Chut ! Papa ! Écoute la chanson !
…San Francisco…

(d’après la chanson de Maxime Le Forestier)
(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)


– Maman, ze t’aime ! Beaucoup beaucoup !
– Ooooh !! C’est vrai ? Tu m’aimes comment ?
– Ze t’aime… zusqu’à la fenêtre de la salle de bain !

(dialogues philosophiques avec
un gentil p’tit démon)


– Papa-caca !
– Ah non ! Faut pas dire ça ! C’est pas beau !
– Papa-pissou !
– Ça non plus c’est pas beau ! Dis plus ça !
– …Papa-pâte-à-modeler ?
– Euh… Bon… Ça ça va… Tu peux le dire si tu veux…
– Papa-rrosoir ?
– Hé ! Hé ! Pourquoi pas ? Ça aussi tu peux !
– Papa-kapla ! Papa-caillou ! Papa-cache-cache !
– Oui ! Pas mal ça ! Ha ! Ha ! H…
– Papa-piss…
– Ah non ! Stop ! Ça j’ai dit non !
– Pistache ! Papa-pistache !
– Oh le coquin ! C’est pas vrai ?! Viens ici !
– Papa-cacao ! Ha ! Ha ! Papa-cacao !! Papa-cacao !!!
– NOM DE DIEU !!! REVIENS ICI TOUT DE SUITE !!!

(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)

photo : Isidro Ferrer


Nights of Sidonie



dans
cette petite demoiselle
de bientôt six mois
chaque atome a 13,7 milliards d’années
ou provient d’une étoile géante
chaque molécule
a traversé des nébuleuses
les entrailles d’un T-rex ou parfois même
une immense patate douce ancestrale
chaque
petit doigt
est toute
une galaxie
en expansion
dans la nuit
de sa
cham
bre


– Dis donc bonhomme, si tu nous chantais une chanson que tu as apprise à l’école, plutôt que de hurler dans la voiture jusqu’à ce que papa balance toute la famille dans le plus magnifique marécage de Camargue ? Parce qu’il est un peu fatigué par le manque de sommeil papa et…

tape des pieds !
tape des mains !
claque des doigts !
le soleil !
il est rond !
et les petits petons !
l’aime beaucoup les omelettes !
et la pluie c’est mouillé !
et la petite souris !
elle fait de la confiture de voiture !
et le chat il lèche !
la voiture de confiture !
et Sidonie !
la mouche à miel !
elle joue de la guitare !
dans le ciel !

– Euh… Bravo ! … C’est super joli ! Mais… tu es sûr que tu as appris cette chanson à l’école ?
– Ben oui ! L’ai appris à l’école moi !
– Est-ce que tu peux nous la chanter une deuxième…

tape des pieds !
tape des mains !
claque des doigts !
le soleil !
il est rond !
et les petits petons !
l’aime beaucoup les omelettes !
et la pluie c’est mouillé !
et la petite souris !
elle fait de la confiture de voiture !
et le chat il lèche !
la voiture de confiture !
et Sidonie !
la mouche à miel !
elle joue de la guitare !
dans le ciel !

– Waouh ! bravo ! Encore ! Encore !!

tape des pieds !
tape…

(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)

.


– Papa ! On est dessus quelle planète nous ?
– On est sur la Terre. Cette planète-là.
– Est vrai ? On est dessus cette planète nous ?
– Non, ça c’est Mars. Nous, on est sur la Terre. Celle-là.
– Est vrai ? On est dessus cette planète ?
– Non, ça c’est Mercure. Nous, on est là. Sur la Terre.
– On est dessus cette planète ?
– Non, ça c’est Vénus. C’est pas la Terre.
– Cette planète ?
– Ça, c’est Neptune.
– Celle-là ?
– C’est Jupiter celle-là. Nous, on est sur la Terre. Celle-là. Celle qui est bleue.
– Et Juliette ? Elle est dessus quelle planète, Juliette ?
– Juliette ? Elle est sur la Terre, comme nous ! Pourquoi ?
– Dessus la Terre ! Pareille à nous ! Ouuui ! Je l’aime beaucoup Juliette, moi !

(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)

photo de thenewclotheshorse


%d blogueurs aiment cette page :