Archives de Catégorie: Ici c’est là-bas

– Papa ! On est dessus quelle planète nous ?
– On est sur la Terre. Cette planète-là.
– Est vrai ? On est dessus cette planète nous ?
– Non, ça c’est Mars. Nous, on est sur la Terre. Celle-là.
– Est vrai ? On est dessus cette planète ?
– Non, ça c’est Mercure. Nous, on est là. Sur la Terre.
– On est dessus cette planète ?
– Non, ça c’est Vénus. C’est pas la Terre.
– Cette planète ?
– Ça, c’est Neptune.
– Celle-là ?
– C’est Jupiter celle-là. Nous, on est sur la Terre. Celle-là. Celle qui est bleue.
– Et Juliette ? Elle est dessus quelle planète, Juliette ?
– Juliette ? Elle est sur la Terre, comme nous ! Pourquoi ?
– Dessus la Terre ! Pareille à nous ! Ouuui ! Je l’aime beaucoup Juliette, moi !

(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)

photo de thenewclotheshorse



– Papa ! Pourquoi la maison elle fait du bruit là ?
– Ah ! C’est parce qu’elle a une climatisation…
– Papa ! Qu’est-que c’est une lim… une mil… une limaclitavion ?
– Une cli-ma-ti-sa-tion, c’est une machine qui fait du froid dedans et beaucoup de bruit dehors. Enfin c’est bizarre quoi…
– Du froid dedans ? Beaucoup de bruit doyors ? Bizarre ?
Papa ! C’est bizarre le garage là-bas, est noir à le mur blanc !
Papa ! C’est bizarre le bateau à le jardin là-bas, y’a pas la mer !
Papa ! C’est bizarre le banc où on est, ça sent mauvais les poubelles !
Papa ! C’est bizarre le parking, où elles sont les voitures ?
Papa ! C’est bizarre le ciel, est gris, est pas bleu !
Papa ! Papa ! Paaaaapa ! C’est bizarre…

(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)



– Papa !
Y marche le zizi à toi pour faire pipi ?
– Hein ?
Mais ça va pas de me demander ça ?
– Un jour,
voulais faire pipi avec Papi moi !
Mais Papi
l’a dit à moi le zizi y marche pas !
L’a dit
a le trou à le ventre !
Et !
Met une paille dedans !
Une paille !
Dedans le ventre !
– Euh… oui…
Un peu comme dans un verre de jus d’orange…
– Ha ! ha ! ha !
Le pipi de papi c’est le jus d’orange !
Ha ! ha ! Et coule !
Coule jus d’orange à le ventre à papi !

(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)



– Papa ! Y vont arriver mes amis bientôt !
Paaaapa ! Y vont arriver mes amis bientôt !
– Hein ?! Ah bon ?! Ils vont venir ici ?!
– Oui ! Là ! À nous maison ! Vite ! Est pas prêts nous !
– Mais de quels amis tu parles ?
– Euh…
Ben… Sais pas…
– Ben, comment ils s’appellent ?
– Euh… W… Wito ! Et… Tapito !
– Wito et Tapito ! Ah ! Et ils viennent comment ?
– Euh… Wito à l’hélico, et… Tapito à vélo !
– Génial ! Et à quoi vous allez jouer ?
– Witapitapadapitopitabadapipodapobidaboum !

(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)




– Papa ! C’est pas nous maison ça !
– Hein ?! Mais si, c’est notre appart’ !
– Non ! C’est pas nous maison ça !
– Ah bon ?! Mais elle est où notre maison alors ?!
– Loin ! loin ! loin !
Et elle est bleue !

(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)
(photo Manuel Pita)



– T’as remarqué la demi-lune dans le ciel ?
– Mais ! As vu ça ? En manque un bout ! Est tombé !
– Ah bon ? Mais où il est tombé ?
– Euh… À le toit, là ! À la cheminée le toit !
– Tiens ! Ce serait pas la maison des petits cochons ?
– Oui ! C’est le loup a croqué la Lune,
un bout est tombé à la cheminée !
– Et qu’est-ce que les petits cochons ont fait de ce bout ?
– A brûlé les fesses ! ha ! ha ! ha !
A brûlé les fesses à la Lune !

(dialogue philosophique avec un gentil p’tit démon)



qu’est-ce qui a bien pu me conduire
peu de temps après avoir abordé la philosophie de l’Absurde
vêtu d’une de mes plus jolies chemises à fleurs
avec trente-cinq ados plutôt croyants mais réceptifs

à ramper
en jogging tongs-chaussettes
taché de sauce salsa ultra hot
à l’intérieur d’un labyrinthe multicolore de cubes étroits
dans une fameuse enseigne de restauration rapide ?

la réponse
se tortille quelque part…

est-ce qu’elle est dans les hurlements
de mon fils coincé tout là-haut ?
dans les rires d’une maman sortie manger entre copines ?
ou dans l’air du printemps sur mes orteils frileux ?


.

..

avec ma femme
on a écrit un poème
à quatre mains

..

(bon là
il fait du toboggan

je le surveille
en rêvassant
quelques bribes
de vers


alors
ce
monde
euuuuuuh
est semblable
à un
jardin
un jardin d’enfants
qui s’chamaillent
– non vaudrait mieux –
qui courent partout
sous les nuages qui passent
sous le soleil
– ou plutôt tiens –
/// putain mais qu’est-ce qu’on est bien ici ///
sous le regard
de
…)

aïe
mon poème
s’est cassé la gueule


8a584dd9a4427d0c9bc1a2123329efdd

mi veux
ma’cher.

tu fais tes premiers pas
sur le sentier du langage

et çaâ ?
é-keu-tcé ?

avec
comme
un léger
accent
étranger

ah nooon…
PADUTOOOUW !

mais
de quel étrange
pays viens-tu
mon petit bonhomme ?

pa’ler mi ?
plou dütcewment ?

d’un bout de ma chair ?

***

(in Le Livre d’Ernest, paru en un seul exemplaire aux éditions La Vie)


ici
c’eest
là-bas !


(après
des mois
de babil
indicible)

pas
c’eest
non !


(le nouveau
jeune poète
à la mode)

paman
c’eest
là-haut !


(s’invente
une langue)

eeet
blanc
c’est bleu !


(mystère)

***

Ici c’est là-bas
(paroles d’un enfant sage)


%d blogueurs aiment cette page :