Archives de Catégorie: L’amour est un bon nonos cosmique

Tobbie

« à sauts et à gambades »
(Montaigne)

ce
drôle de terrier
si tordu soit-il
qu’est notre Terre
a connu
un être inouï et formidable
un animal hors du commun
en la personne
d’une lapine domestique grise et blanche
qui vivait comme un chat d’appartement
se dressant sur ses pattes arrière
pour réclamer un bol de croquettes
ou lécher une cuillère
de yaourt
et s’en coller plein les moustaches
je me souviens qu’elle se mettait en boule sur nos genoux
pour passer des soirées séries devant l’ordinateur près de nous deux
qu’elle s’endormait au lit tout près des cheveux de Tiphaine
et aussi qu’elle faisait proprement ses besoins
au fond d’une petite caisse
dont nous avions directement ôté la grille
parfois elle se mettait à courir partout et à sauter dans toutes les directions
qui sait pourquoi peut-être après avoir rongé quelque fil électrique et…
pan !
pan !
en un claquement de patte arrière
tous ses copains lapins imaginaires
étaient avertis du danger
puis elle
déguerpissait

Tobbie
Tobbie
chère petite boule de poils
que j’ai portée au creux de mon écharpe
durant les tout premiers jours de ton existence
sache que Tiphaine et moi avons été
très honorés de ta présence
nous garderons la certitude
que tu étais un grand rongeur
une grande âme éveillée
parmi les lapinous
un sage qu’un être humain n’a jamais mis en cage
sauf pendant ta huitième année, quelques semaines avant de te mener chez le vétérinaire
au mois d’avril dernier faible et incontinente – mais nous savions pertinemment
que tu aurais mené toute ton espèce
vers le chemin
semé
de graines
de carottes
de l’émancipation
au moment où l’aiguille
t’enverrait promener
dans le jardin d’Eden
des lapinettes
éternelles et
toutes
belles


Collier de poèmes
pour Tiphaine

tes yeux en amande
tes formes tendres comme de la frangipane
ta croûte craquante de galette bien dorée

quand je passe
mes ongles
dans tes cheveux noirs
comme du vinyle
j’ai presque l’impression
d’être John Lennon
qui vient de rencontrer
Yoko Ono

il y a assez d’or sur ta peau
pour tous les pauvres
mais je le garderai pour
moi

l’alignement
de tes grains
de beauté
est tous les jours
de bon augure
pour qui
s’y aligne

tiens
un papillon
s’est posé
sur la boule
de ton nez
comme une
paire de
lunettes

jolie carrosserie
si l’on considère
tes lobes d’oreilles
qui rebiquent
comme les deux ailerons
d’une bagnole tunée

ne t’inquiète pas poupée
je suis là pour te protéger
de mes angoisses

ton souffle sur les dunes des Badlands
une caresse sur le ventre du Nevada
main au fond des forêts du Yellowstone Park
je léchais les gorges roses du Grand Canyon
l’Empire State Building se dressait au loin
Old Faithful se réveillait
du souvenir d’un road trip
sur ton
corps

c’est un peu comme si
nous nous connaissions
depuis la nuit des temps
comme si j’avais tellement
écouté tes histoires
imaginé tes souvenirs
ressenti tes peines
réfléchi à tes pensées
qu’elles étaient même
devenues les miennes
comme si les mots
« tu es une partie
de moi-même »
n’étaient pas qu’une
simple expression

je me suis
toujours
senti bien
près de toi
tandis que
tu tricotais
en toute
tranquillité
l’écharpe
de notre vie
avec le fil
des jours

petite graine de pollen d’hibiscus
j’ai eu un sacré coup de pot
le vent t’a fait traverser deux océans
pour te déposer dans mes lorraines

quand tu me regardes
avec les yeux ronds
d’une petite fille étonnée
l’arc de tes paupières
tire une flèche invisible
tout droit dans le cœur
du petit garçon que
je ne pensais plus être

(extraits d’un petit recueil de 34 poèmes
écrits pour les 34 ans d’une certaine personne)


Y paraît qu’la poussière c’est des petites planètes qui se reposent alors moi je fais plus l’ménage du coup voilà voilà

(fiat velux)

c70cf05768729723c99aa0326c3ecafc

quand la lumière du soleil
entre par le velux
elle change en galaxies
la poussière

de la chambre
et tout c’
qui gravite au-dessus
de ton céleste corps prend vie


Peau d’âme

(page blanche en sous-vêtements textiles)

ton soutien-gorge en oit’

.0c51ecd50fe82aedf553b6d5828d6197nb..

ta culotte de soi

et tes chaussettes
de peine


La fille qui avait fait avorter ses ambitions56afae8829de6d1fa5fd08a4397b923a
pour être sûre de réussir son accouchement

faisait une
(parent-)
thèse
(dans ses études)


equationPetit problème
d’amour irrésolu

soit une
équation
à haine
inconnue


3c1144b497d50792fb37a8f5a82d53e5Le plus beau poème du monde

ah ça il a au moins les vers
il a même des pieds
il va vers un sens mais de traviole
il dit des mots
qui riment pas à grand chose
en répétant des sons
il nous fait quand même nous interroger
sur les mystères de la vie
très novateur ce petit poème non ?
il a cinq dents et c’est mon fils


Monsieur Pot-de-fleurs

Printable up to 6"x8".

(Faites pas trop attention à lui
il fait aussi porte-manteau)

juré j’y suis pour rien
on m’a planté au fond d’une poussette
on m’a fait pousser sur un siège auto
on m’a placé derrière un bureau d’école
puis à un boulot épanouissant
avec toute une famille bourgeonnante
et un jour je suis sorti cueillir les roses
mais c’était du pipeau
on m’attendait au jardin
pour m’enterrer dans une
tombe

collage : Bloomy kiss, Eugenia Loli


Ton corps est comme une sorte de mirage trompeur
mais je voulais quand même m’y faufiler ce soir

f01729b91f60840f9557c1b5985ccaa8

elle avait

un p’tit creux
de dunes
au nombril

deux seins comme
des cactus en fleurs

toute une oasis
miraculeuse
entre ses jambes
désertes


Poupée rhube

f9fadc3be1f6d8d2c5808e782bdd403a


mon ange

la Terre n’est
qu’un atome

la galaxie
une minuscule
petite bactérie

y’a tout l’univers
qui pendouille
à ton néanmoins
si céleste nez


%d blogueurs aiment cette page :