Archives de Catégorie: Nique ta grammaire

Les zomofau(b)nes

Les zomofaubnesmanif_17_dec

photo prise ici

homos hommes, ô aux mots  qui font rager les annal les ânes alfa les illettrés (ils n’aiment pas les pères homos les paires de mots trop ressemblants) : mec œuf ont mais qu’ont fait les gangs anti-pédés les geantils pédagaugues les professeurs de nos écoles ?

Grammaire de notre monde

***

image trouvée ici.

à cette époque le monde n'était qu' « Oh ! aïe ! ouf ! pfiou ! » magma informe dans l'esprit de dieu sait quels primates où bouillonnaient quelques interjections Puis au commencement était le verbe torrent insaisissable et tonitruant de lumière s'écoulant lentement depuis le ciel vers les déserts boueux de l'imagination Lorsque naquit de cette union le grand jardin des noms et sur les noms d'étendues vierges et de lacs blancs comme des pages blanches se découpèrent des substances d'étoiles et de nuages des nuages d'océans, de torrents, de rivières des rivières de plantes de fleurs d'arbres et de forêts et des forêts de faunes, de poissons, de lézards, des dinosaures de tigres et d'oiseaux fourmillant de serpents et de petits lapins Infiniment renouvelés par les fruits d'une angélique armada de pronoms et d'articles Or, toi et moi, à ce moment, nous étions là, au beau milieu de ce grand étalage de goûts et de couleurs Nous inventions des adjectifs, il y en avait des bleus, des roses, des forts, des faibles, des doux et des rugueux, des bons et des mauvais Et nous n'avions que l'embarras du choix : il a fallu tisser classer étiqueter tous ces produits imaginaires au fil des conjonctions et des prépositions Quand nous avons enfin créé la phrase après des millénaires de générations inconscientes nous avons balbutié quelques propositions sur la valeur des mots et la grammaire de notre monde Alors, après quelques fautes d'accord sur le choix de la marque d'un frigo conjugal que nous avons nous-mêmes réfrigéré et emballé avec le reste à l'intérieur de nos petits paquets de mots Nous nous entendons à présent : « – Je t'aime.  – Oh ! aïe ! ouf ! pfiou ! »

Conjugaison

– Comme la lune, j'ai plusieurs aspects... – Tu es tantôt Rimbaud, tantôt Viau ou Prévert : Il est un plus fidèle amant que l'amant inconstant ! – Nous sommes un mystère qui vole au ras des pâquerettes ! – Et vous le bric-à-brac Des objets qui s’entassent aux greniers des esprits...

Faux-amis


Comme l'ennui est grand Dans l'absence de confort Des transports en commun ! Quand vient l'heure des affaires, De la fin du service Et du commerce de l'amour, A nouveau, dans l'ivresse, Un homme n'a pas de cœur Face à l'aimable femme objet Peu large et donc vilaine – Souffrant par la vertu volée D'une maigre fortune Sa propre flamme enveloppée : Pauvre Don Juan, qui est séduit ? Ô faux-amis, équivoques et Raillant ton penchant aujourd'hui.

Petit dictionnaire du patrimoine linguistique national de l’orthographe du français

Image

- Pluriels en X : abréviations de scribes Flemmards arrondissant leurs fins de mois En doublant les consonnes quand on se mit A les payer par lettre, et forts au scrabble. - Accents circonflexes : fantômes qui hantent Nos châteaux, nos forêts, pour nous rappeler Que nous étions des animos vêlés Avant d'avoir de belles âmes errantes. - Tirets et traits d'union : se fixent tout A fait aux portefeuilles, mais c'est-à-dire qu'on ne les trouve pas aux porte-manteaux... - Lettres étymologiques : il ne faut pas Les prononcer ! disait à son dompteur Le très subtil Montaigne (que l'on sculpta). - Orthographe française : très grand musée Dont les illustres conservateurs gardent Avec religion toutes les œuvres d'art De tous les temps dans un souk abusif.

Poème d’API

Sauvez un arbre Sauvez un poulpe Tuez un académicien Un puriste Ou un prof de français Gouttez la pulpe du poème d'A.P.I Voici à quoi ressemblerait La langue de demain La langue de mon beau pays

Trucmuche

Je me sens vraiment chose quand tu truques des machins des bidules dans ton coin pour Untel ou Untel que tu trafiques ou tripatouilles dans ton fourbi pour bazarder au fond d'un coin le vrac total le grand bordel de mon bisness tandis que moi en attendant je bidouille je pignoche dans mon coin je crée des bitonios j'invente des trucmuches avec Machin ou bien Bidule qui bricolent dans leur coin et qui magouillent des trucs très très très inutiles

Brouillon d’rédac’ sur une rencontre insolite

Quand tu écris des lettres et les timbres Le chien de nos voisins aboient A quatre pattes dans le jardin Tu ouvres la fenêtre et les asperge Dans l'eau bouillante (Moi j'écrivais des lettres et les timbrés Le chien Monsieur Martin Madame Dubois Toute la ferme dans le jardin Tous se la ferment enfin Donc j'ouvre la fenêtre) et les asperges Dans l'eau bouillante Sont juste cuites Ainsi c'est toi qui m'as ouvert ta porte Et l'on s'est régalés en s'accordant de suite

Lord of Words – episode III : La marche du pluriel

Puisqu'aujourd'hui les foules sont muettes Puisque les foules sont atones on n'entend Plus les serpents qui sifflent sur nos têtes Ou bien les sifflements des foules indignées Ces foule S Qu'elle S qu'elles ne seraient plus Que le spectacle artificiel Des marques du pluriel ? Et pourquoi S Qu'on nous emmouscaille Et nous embarrasse tous Avec des normes vieilles ? Y'a qu'à marquer comme on l'entend !

Lord of Words – episode II : Nostalgie des temps composés

Et donc, lorsque les gens ont commencé A parler le passé composé Tout le pays en proie au chaos Tomba sous la domination Du Parti « Si Peut Passer »  Entre leurs mains Deux auxiliaires Au règles simples Et radicales  Pour s'accorder avec l'un d'eux Il fallait seulement Être quelqu'un Ou avoir de l'argent Pour passer outre leurs agents  Ils eurent un succès énorme  Leur système étant plus aisé Qu'au temps du passé simple On pouvait s'élever Au-dessus de vieux groupes Trop clos et sclérosés Les gens scandaient partout Leurs slogans dans les rues Qui redonnaient espoir  A la population  Si Peut Passer  On est d'accord Si pas assez Alors : de-hors Ah !... Le Parti Si Peut Passer... Si Peut Passer... le passé... quelle bonne blague... C'était l'bon temps quand j'y repense Nul pays n'a connu règles plus arbitraires Non, aucun pays ne les a connu Aucun de ceux qui sont connu Ningún país las ha experimentado Mais aujourd'hui, on ne s'accorde plus Avec personne, non, il n'y a plus Que les snobs et les homdeletr Qui s'en souviennencore

%d blogueurs aiment cette page :