Archives de Catégorie: poèmes universels pour microbes

Femme fractale
Cassandra, grosse cagole…

un
tout
petit petit
bonhomme perché
sur un de « tes » électrons
comme si c’était une minuscule planète
prendrait sans aucun doute l’intérieur de ton corps
pour une espèce de tiède et fort jolie nuit étoilée
tu serais tout un univers pour lui une inconnue insoupçonnée…

et son
soleil
fleurirait comme
une corolle atomique
perdue parmi
le nombre informulable d’autres
systèmes moléculaires de l’une de ces cellules
dont tu ignores entièrement l’existence…

or
vraiment
ma chérie
te demanderais-tu
si la femme de cet homme
aurait une vie conforme
à tes préceptes les plus idiots ?

allons
allons
ma belle
oublie ton ciel
et laisse mes doigts
effleurer ta peau rose…

car
nul
ne te
jugera
annihilée…

(poème universel pour microbes)

image : « Kundalini », Eugenia Loli


..

Lanterne pour grandes personnes qui ont peur dans le noir

les humains
sont des trous
dans la Terre

ils ont l’air cons mais ils sont pleins de toutes petites étoiles filantes
qui leur sortent du nez de la bouche des oreilles ou du popotin

en fait ils vivent sur une immense veilleuse
et les astres qui virevoltent à leur plafond
dans les ténèbres sont l’inverse de leurs ombres


e9987b0fb15561c3d50b2403f9a0802a

ce dimanche soir
notre astronaute
a fait d’la luge
dans une crotte de neige
du pif de la montagne

toi t’avais une crève qui durait
depuis cinq bonnes semaines

au retour un
quart de lune dormait
sur la banquette arrière

le ciel était couvert de nuées mauves

c’est la ville qui
brillait en bas
d’étoiles blanches
éternuées au sol

..


brestbrestbrets

au pif

vide
ondes
points
lignes toiles
bulles tiges

branches
troncs singes

hommes forêts vierges
montagnes continents
planètes systèmes
immenses méandres de feu
gigantesques univers parallèles
et dire que tout ça n’est peut-être

qu’une incommensurable pétole
pendue à la narine d’une vieille bestiole
infinie pour qui seules deux questions
subsistent
éternellement :

« HUM…
VAIS-JE LAISSER TOUTE MA CRÉATION M’ATTERRIR SUR LE BOUT DE LA LANGUE ? »

« OU NE FERAI-JE PAS PLUTÔT MIEUX DE RENIFLER UN BON COUP POUR LA RENVOYER D’OÙ ELLE VIENT ? »

 

 

image du collectif Brest Brest Brest


(une pincée
de sel)

(un peu de sucre)

(des fibres et
pas mal
de graisse)

(surtout
de la flotte
tout plein de flotte
des litres de flotte)

(plongez tout ça
dans mille
marmites
microscopiques)

(en recopiant deux fois
la formule magique
de l’ADN)

(vous obtiendrez
l’Homme
……………….Ô
ô………….ô
…….ô…………..ô
..Ô…….Ô
……………ô
bulles)

(d’huile758b578e19a371b0c2d03bbf3e4e4f99
dans l’eau
qui pique)

***

(poème universel pour microbes)

photo Eugenia Loli


sais-tu que ton organisme est raciste
il n’admet aucun corps étranger

ton cerveau tyrannise
tes organes ses esclaves

tes globules blancs ne savent même plus pourquoi
ils livrent une guerre perpétuelle aux bactéries

tes cellules sontmicroscopic-toilet
des totalitarismes

mais sur chaque copie de ton ADN
il y a une mystérieuse petite ligne

qui dit
« humain »


(Poèmes universels pour les microbes)


%d blogueurs aiment cette page :