Archives de Catégorie: Vestibule

poésie biologique

     Deux de mes poèmes sont aux côtés des textes de 72 autres poètes dans le dernier n° de la bien belle revue Bacchanales, illustrée par Yves Olry, éditée par la Maison de la poésie Rhône-Alpes, et dont le thème était les frontières. Sélection en images, je n’ai eu que l’embarras du choix…

(textes de Pierre Soletti, illustrations d’Yves Olry sur la dernière photo)

Voir l’article original


poésie biologique

tu sais
le ciel

ne commence pas précisément

à 776 km
au-dessus
du sol

tes deux
poumons
en sont pleins
et ta tête est
plantée dedans

pourquoi ne pas ouvrir
la main en attraper

un bout

et te le replier
discrètement
dans la poche ?

(avant de
retourner
ramper
au fond)

hein ?

(2017)

Voir l’article original


poésie biologique

Déclamation de rêves virtuels : depuis bientôt dix ans, je mets en moyenne un poème en ligne par semaine ; sachant que Facebook paie environ une vingtaine de likes pour chaque publication, et qu’une bonne dizaine de lecteurs visitent mon blog chaque fois, je gagne donc environ cent vingt clics par mois, soit presque mille cinq cents clics à l’année, et dans toute ma carrière poétique, environ quinze mille clics, chiffre qui fait à peine rêver, si ça pouvait être du fric – mais c’est un chiffre brut, pour la somme nette, il faut enlever tous ceux qui cliquent sans lire.

(relevé de contes)

Voir l’article original


poésie biologique

ribos(h)omme

sais-tu que ton organisme est raciste
il n’admet aucun corps étranger

ton cerveau tyrannise
tes organes ses esclaves

tes globules blancs ne savent même plus pourquoi
ils livrent une guerre perpétuelle aux bactéries

tes cellules sont
des totalitarismes

mais sur chaque copie de ton ADN
il y a une mystérieuse petite ligne

qui dit
« humain »

(2016)

Voir l’article original


poésie biologique

La revue Cairns n°25, sur le thème des « Murs, portes ou ponts », accueille quatre de mes poèmes et plein de très bons textes dont voici quelques extraits en photo. Cliquez dessus pour les agrandir si besoin.

Au sommaire de ce n° publié par les éditions de la Pointe Sarène :

Colette Andriot – Marc Baron – Sandrine Bavin – Paul Bergèse – Eric Bouchety – Kevin Broda – Nicolas de Casanove – Anneh Cerola – Rémi Checchetto – Chantal Couliou – Eric Cuissard – Roland Dauxois – Balval Ekel – Jacques Ferlay – Alain Freixe – Bernard Grasset – François Graveline – Jacqueline Held – Alain Helissen – Daniel Helme – Eric Jaumier – Patrick Joquel – Gilles Lades – Perrin Langda – Aude Larmet – Jean-Pierre Lesieur – Dominique Mans – Simon Martin – Morgan Riet – Jean-Claude Touzeil – Lionnel Toussaint.

 

Voir l’article original


poésie biologique

copins
chêne
d’hêtres
humains
vieilles
branches
de souche
de peupliers
d’érables
cyprès
les uns
des autres
mêmes
tronches
mêmes
gueules
de bois
paumées
pommiers
poumons
du monde
nos poèmes
en forêts
intérieures
s’enchevêtrent
mais en faîte
aux racines
face à face
d’orme
à orme
on est tous
un peu
saules

Voir l’article original


poésie biologique

CELLULE DE CRISE, le dernier numéro de Squeeze, vient de sortir ! Lecture en streaming sur Calameo maintenant + disponible dans les prochains jours sur les grandes plateformes de distribution (ibookstore et consorts) en formats ebooks + très bientôt sur le nouveau site internet actuellement en construction. Toujours et partout en accès gratuit et en libre-téléchargement.

Auteurs au sommaire : Henri Ansbert, Eléa Ma, Amélie Durand, Rip, Perrin Langda, Antonella Eye Porcelluzzi, H.P Brodsky, Brice Gautier, D.Siméon, Le Golvan.

Voir l’article original


poésie biologique

– Papa ! Papa ! Tout à l’heure, dans, dans le salon, j’ai trouvé, non, il y avait, tu sais, un, un petit, un petit mamba noir, sous le camapé, et, et, et moi, je…
– Un petit manga noir ? C’était pas le Gantz que j’ai perdu ? Tu l’as pas ouvert ? Parce que tu sais, c’est pas pour les petits garçons…
– Mais non Papa ! Papa ! C’était pas un manga ! C’était un mamba ! Un petit mamba noir ! Il était… Il était sous le camapé et, et, et, moi je l’ai attrapé autour de mon bras et même, tu sais, il m’a même pas mordu !
– Un mamba ? Mais c’est pas un serpent ça ?
– Oui, un petit serpent, comme ça, et il y en avait aussi un gros, énorme, comme ça et… et lui, lui, je l’ai mis sur…

Voir l’article original 64 mots de plus


poésie biologique

Quatre poèmes extraits de Quelques microsecondes sur Terre (Gros textes, 2015) ont été traduits par Meem Mizan et publiés dans le quotidien national bangladais Daily Manabkantha !

Un énorme merci à Meem Mizan !

Voir l’article original


poésie biologique

Défi du mois : écrire un petit texte sur chaque vignette d’un rouleau de 10 m d’Eric Demelis… Aujourd’hui, j’ai fait quoi, 50 cm…

Voir l’article original


%d blogueurs aiment cette page :