l’indicible
(mon cul)

la poésie
n’est pas
une fontaine
de jouvence
mais
celui qui en écrit
sera considéré
comme jeune
jusqu’à quarante cinq ans au moins
tu rêves de séances dédicaces
entouré de mamies folles de toi ?
de lectures endiablées
devant un public de grands-pères endormis ?
et de crouler sous les exemplaires auteur
après avoir attendu des années
que la sortie de ton recueil auto-oublié
n’intéresse pas la moindre librairie ?
alors comme ça tu voulais être un grand poète ?
meurs
reviens nous hanter
dans trois siècles
écris comme il y a cinq cents ans
en rimes ABBA riches ou suffisantes
ou alors écris juste n’importe quoi
ça te donnera un air surréaliste
mais n’oublie quand même pas
d’inscrire ton blaze
au mouvement littéraire
qui est au programme
du bac
(des fois
qu’un prof
fasse lire
ton livre
…)

Lire la suite

Six de mes poèmes traduits en anglais par Pauline Levy Valensi sur le site New Poetry in Translation, it rocks !

Lire la suite

l’esprit des lunes
(fumeur de poèmes)

shoobig-bang

ce soir
le ciel
est un délicieux
space cake géant

un grand rail d’aurore boréale
avec un peu de poudre de réel

après si vous voulez
j’ai aussi des rivières
d’étoiles à picoler

(livre d’artistes fait en deux exemplaires avec Thierry Lambert)

Lire la suite

Bêtes à tête


ton cerveau est un escargot

un peu cochon
il fait l’amour
comme un lapin
mais à ses rêves

un jour
c’est une
poisson
coincé
dans son
bocal

l’autre
une vraie
poule aux
œufs d’or

ces jours-là prends en soin
il se pourrait qu’il accélère un peu
ne te laisse surtout pas
distancer par
ton limaçon

avec un peu de chance
tu te retrouveras
tête à l’envers
moustaches en l’air
le groin
au ciel

***

(livre d’artistes leporello réalisé avec Colette Reydet à l’exposition Autour du livre d’artistes, mairie de Rives, visible encore aujourd’hui de 10h à 18h)

Lire la suite

Aujourd’hui, j’ai légendé un nouveau dessin d’Eric Demelis

Lire la suite

T’es triste
dans ton âme boy ?

as-tu trouvé ta place
dans la partie de Tetris
des embou-
teillages
ce matin ?

je veux dire tu
préfèrerais t’insérer
dans le flux infini
ici ou plutôt là ?

file de
gauche
ou de
droite ?

si tu atteins la bonne case de la ligne d’horizon
celle-ci disparaît-elle en allumant son clignotant ?

oh t’y
penses
au pied
des bâtiments
qui s’amoncellent
ou tu
bloques
la route ?

Lire la suite


– Papa ! Pourquoi la maison elle fait du bruit là ?
– Ah ! C’est parce qu’elle a une climatisation…
– Papa ! Qu’est-que c’est une lim… une mil… une limaclitavion ?
– Une cli-ma-ti-sa-tion, c’est une machine qui fait du froid dedans et beaucoup de bruit dehors. Enfin c’est bizarre quoi…
– Du froid dedans ? Beaucoup de bruit doyors ? Bizarre ?
Papa ! C’est bizarre le garage là-bas, est noir à le mur blanc !
Papa ! C’est bizarre le bateau à le jardin là-bas, y’a pas la mer !
Papa ! C’est bizarre le banc où on est, ça sent mauvais les poubelles !
Papa ! C’est bizarre le parking, où elles sont les voitures ?
Papa ! C’est bizarre le ciel, est gris, est pas bleu !
Papa ! Papa ! Paaaaapa ! C’est bizarre…

(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)

Lire la suite

Parution : Maximes de nulle part pour personne  éditions Voix d’encre

« Trente-cinq personnages créés du fond des labyrinthes imaginaires d’Eric Demelis, isolés dans de petites vignettes dont Perrin Langda s’est efforcé de capter l’état d’esprit… »

Extrait :

 

     Terrien du Tout. Fils de bactérie. Va niquer ta mer. Pauv’ continent. Face de péninsule. T’es plein d’moutons. Tu pues du culte. Et t’as un gros néant. Alors ? Tu t’trouves toujours bobo ?

 

• format : 15 x 21 cm
• pages : 80 (35 textes, 35 illustrations)
• ISBN : 978-2-35128-139-0

Prix : 18 € + 3 € fdp

 

A commander ici quand le site sera à jour, ou bien en envoyant dès maintenant un chèque et votre commande à cette adresse, ou encore en me contactant si vous souhaitez un exemplaire dédicacé.
Lire la suite

si j’avais su bébé
ce jour où tu t’es allongée auprès de moi sous un buisson
à l’arrière de notre lycée avec une bouteille de Pisang Ambon
que dix-sept ans plus tard tu m’aurais fait deux beaux bambins
j’aurais peut-être pas perdu du temps avec d’autres nénettes
j’aurais peut-être pas goûté seulement à la boisson
j’aurais peut-être plus fumé ton mec si j’avais su bébé
ce jour où tu t’es allongée auprès de moi sous un buisson
que toutes ces rêveries roulées dans l’herbe bleue
j’aurais bien pu risquer une ou deux bosses
j’serais resté pour t’embrasser
j’aurais pas fui avec la sonnerie
si j’avais su bébé
chérie

(ronds dos
à quatre reins)

Lire la suite

LE PROFIL DU BOULEAU

dix-septième livre d’artistes
de la collection Apostilles
de Danielle Berthet

Réalisé dans l’atelier de l’artiste
en 12 exemplaires
numérotés et signés

20 €

Le texte des livres de cette collection est intégralement et uniquement constitué de notes de bas de pages dont le référent a malencontreusement disparu.

Les images de couverture sont des assemblages des photos et des travaux de gravure, peinture, encres… de Danielle Berthet, plasticienne qui a réalisé et participé à de nombreux livres d’artistes.

 

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :