Archives de Tag: dialogue philosophique

c’est une maison bleue
adossée à la colline
on y vient à pied
on ne frappe pas
ceux qui vivent là
ont jeté la clé
on s’y…
– Papa ! Pourquoi ils ont jeté la clé les gens ?
– Eh ben c’est parce qu’ils sont très gentils, ils veulent que tout le monde puisse rentrer chez eux, alors y’a plus de clé…
– Chut ! Papa ! Écoute !
…dans le brouillard
enlacés roulant dans l’herbe
on écoutera
Thom à la guitare
Phil a la kéna
jusqu’à la nuit…
– Papa ! Toi tu joues de la guitare des fois mais
toi tu roules pas dans l’herbe et tes copains
ils roulent pas dans l’herbe quand toi
tu joues de la guitare plutôt !

– Oh oui ! Tu sais, on a passé l’âge de faire des roulades… Et puis on n’est pas des hippies tu vois… On se voit qu’une ou deux fois par an, alors on préfère se parler plutôt…
– Mais chut ! Papa ! Écoute la chanson !
…bleue
accrochée à la mémoire
on y vient à pied…
– À la baignoire !? Pourquoi elle est accrochée à la baignoire la maison papa ?
– Ha ! Ha ! Ha ! Mais non ! À la mémoire ! C’est pour dire qu’elle est dans ses souvenirs quoi, c’est comme un rêve où il retrouve tous ses vieux copains, comme toi au parc, ou comme Papa et Maman pour le jour de l’an…
– Mais ! Chut ! Papa ! Écoute la chanson !
…San Francisco…

(d’après la chanson de Maxime Le Forestier)
(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)


– Maman, ze t’aime ! Beaucoup beaucoup !
– Ooooh !! C’est vrai ? Tu m’aimes comment ?
– Ze t’aime… zusqu’à la fenêtre de la salle de bain !

(dialogues philosophiques avec
un gentil p’tit démon)



– Papa ! Pourquoi la maison elle fait du bruit là ?
– Ah ! C’est parce qu’elle a une climatisation…
– Papa ! Qu’est-que c’est une lim… une mil… une limaclitavion ?
– Une cli-ma-ti-sa-tion, c’est une machine qui fait du froid dedans et beaucoup de bruit dehors. Enfin c’est bizarre quoi…
– Du froid dedans ? Beaucoup de bruit doyors ? Bizarre ?
Papa ! C’est bizarre le garage là-bas, est noir à le mur blanc !
Papa ! C’est bizarre le bateau à le jardin là-bas, y’a pas la mer !
Papa ! C’est bizarre le banc où on est, ça sent mauvais les poubelles !
Papa ! C’est bizarre le parking, où elles sont les voitures ?
Papa ! C’est bizarre le ciel, est gris, est pas bleu !
Papa ! Papa ! Paaaaapa ! C’est bizarre…

(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)



– Papa !
Y marche le zizi à toi pour faire pipi ?
– Hein ?
Mais ça va pas de me demander ça ?
– Un jour,
voulais faire pipi avec Papi moi !
Mais Papi
l’a dit à moi le zizi y marche pas !
L’a dit
a le trou à le ventre !
Et !
Met une paille dedans !
Une paille !
Dedans le ventre !
– Euh… oui…
Un peu comme dans un verre de jus d’orange…
– Ha ! ha ! ha !
Le pipi de papi c’est le jus d’orange !
Ha ! ha ! Et coule !
Coule jus d’orange à le ventre à papi !

(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)



– T’as remarqué la demi-lune dans le ciel ?
– Mais ! As vu ça ? En manque un bout ! Est tombé !
– Ah bon ? Mais où il est tombé ?
– Euh… À le toit, là ! À la cheminée le toit !
– Tiens ! Ce serait pas la maison des petits cochons ?
– Oui ! C’est le loup a croqué la Lune,
un bout est tombé à la cheminée !
– Et qu’est-ce que les petits cochons ont fait de ce bout ?
– A brûlé les fesses ! ha ! ha ! ha !
A brûlé les fesses à la Lune !

(dialogue philosophique avec un gentil p’tit démon)


%d blogueurs aiment cette page :