Archives de Tag: étoiles

D’accord j’ai pêché qu’une chaussette pleine de vase mais je t’ai aussi ramené un super nouveau poème sur le coucher de soleil allons chérie reviens

df786b4921bd82dc137793894169e09f

elle avait le dos
blond éclatant
puis orangé
rose mauve bleu
la nuit noire
qu’on a tous clairement vu
clapoter dans la rivière
avec nos belles truites arc-en-ciel
mouchetées de petites étoiles sombres

photo : Brian W. Pelkey, trouvée ici


N’empêche si tout le monde allait complètement dans l’autre sens ça irait sans doute pas spécialement mieux

upside

j’habite au fond d’un trou
à la surface d’une bulle
et j’y passe le jour à glander
pour partager notre amour
ensuite je pars m’éveiller
au-dessous des terres blanches
toutes empénombrées d’étoiles
faut bien s’escagasser un peu


Faire part de naissance

à l’adresse de la Voie Lactée

space baby

bienvenue
au petit homme du futur
arrivé sous les néons
d’une nouvelle Terre à explorer
avec un univers inconnu
dans son petit paquet de peau
un putain de hurlement de sa race
venu du fin fond de l’existence
et deux yeux tournés vers
des restes d’étoiles proches
du bout du nez


Capitale de l’Univers

cba46ef3bc37aaa131db728ba33339b137a17080_m

toutes les étoiles
de l’univers
passent tous les soirs
au-dessus de tout
ces tout p’tits villages
que tous les jeunes
rêvent de fuir


Science-fiction

***

(image ci-dessus trouvée ici)

je suis couché dans une prairie en fleurs au-dessus des lumières de la ville sous un cliché plaqué au firmament de points blancs similaires qu'on appelle " étoiles » le regard dans le vide et sans conviction à lorgner vaguement qui un grain plus bleuté qui un halo plus étincelant ou presque éteint ou disparu depuis des années-lumières que je me mets à peine à toucher du bout des doigts quand me voilà soudain debout sur le balcon en fleurs 		d'une toute petite planète avec une vue 3D sur  tout un pan de l'univers	     debout face à la véritable Nuit le dos plaqué sur la paroi          de ce « vaisseau terrestre » qui va où dans quel vide immense 		      sans haut                         ni bas 		          ni dessous            ni dessus avec quels pires marins 	              d'eau-douce  		              que moi 			           à bord dans quelle 	    totale 	               œuvre de science-fiction ?

Magie des petits riens

(Un calligramme déjà publié et retravaillé, qui n’est pas du tout, mais alors pas du tout d’actualité…)

...
...
...
...


photo : Walter Martin et Paloma Munoz, Travelers.

être seul sous le firmament d'un décor de Noël et le bref tremblement au moment où des cieux se détache une floche constellation d'étoiles légères ému d'être véritablement convaincu que quelqu'un ailleurs(peut-être nulle part) secoue la boule à neige

Galant monologue à Hong Kong

« Décroissez ! Ne vous multipliez plus !  La promesse divine est passée ! » Gueule un type – fou à lier, martelant, sous la pluie, Le disque de métal d'un gong [dans les ruelles de Hong Kong : En effet, vus du ciel, Les feux du peuple des terriens – On dirait des étoiles imprimées sur la Terre, Et c'est ce qu'on disait jadis au peuple d'Israël : « Croissez, multipliez, vous deviendrez pareils [à des constellations »... Mais bon, moi, je veux bien qu'il gueule Le flot de ses paroles aux vagues de la foule : Tout le monde s'en fout. Les flots de bavardages [qui sortent du métro L'emporteront, avec son blabla d'un autre âge, [dans le ventre de la mégalopole. Et puis moi, d'abord, je t'aime trop ! Advienne que pourra de notre espèce : Mes paroles t'ont séduite ? Alors faisons un gosse – Notre désir coupable [(c'est marqué dans la Bible) /////

%d blogueurs aiment cette page :