Archives de Tag: facebook

...

 

Élégie d’une
fripouille
(message mp à toutes les femmes invraisemblablement sexy
qui m’invitent tous les jours en ami sur Facebook)


salut
t’est mignonne tu sais
ça te dirais qu’on fasses un peu de poésie tout les deux ?

(alors ton pc n’a aucun virus
c’est juste deux ou trois petits vers)

le poète
cette pétasse illettrée
déguisé en homme à lunettes
qui fais semblant de vouloir te séduire
en t’abordant comme ça sur les raisons sans cieux

eh ben quoi ma jolie toi et moi on est presque pareils tu vois bien

j’ai des millions
de vérités sur un blog en Sierra Leone
mais il faudra être certain de pouvoir compter avec toi
parce que je vais d’abord avoir besoin que tu me donne un peu des tiennes

CLIQUE SUR CE POÈME
CLIQUE SUR CE POÈME
CLIQUE SUR CE POÈME
CLIQUE SUR CE POÈME
CLIQUE SUR CE POÈME
CLIQUE SUR CE POÈME


Poème fleuve

(à faire défiler soi-même sur Facebook)




4a2c7644f5bca174bdaadb6d1e12449f





vague pensée :
j’aime








blague bateau :
j’aime








changement de tronche :
j’aime








pub qui tombe à l’eau :
j’aime








photos de membres d’une famille :
j’aime








mains bras pieds jambes corps découpés :
j’aime








fausse info :
j’aime








vrais commentaires stupides :
j’aime








dessin pour rire un peu quand même :
j’aime








gif qui charge pas :
j’aime








vidéo qu’on n’aurait jamais dû voir :
j’aime








nymphe nue :
j’aime








draps habités par l’invisible :
j’aime








espoirs de fuite spatiale :
j’aime








poèmes de gens pas comme tout l’monde :
j’aime








phrase d’un nom à connaître par cœur :
j’aime








peinture de guerre :
j’aime








hommage aux morts :
j’aime








encouragements aux vivants :
j’aime








enfant brûlé :
j’aime








p’tit test de personnalité aléatoire :
j’aime

 








plat en sauce :
j’aime









brefs aperçus du fond :
j’aime








pseudonyme idiot :
j’aime








voit défiler le fleuve :
j’aime








et s’y noie :
j’aime








d24cdc612ae4be1c8137b9ab267f3cf0Lettre à un jeune poète pour qu’il évite de perdre sa copine une treizième fois

(Les grands artistes sont des héros libres de toute servilité mais est-ce que t’as une page Facebook un compte Twitter un blog j’sais pas au moins une adresse mail que je t’envoie quelques poèmes à moi dessus)


j’suis pas accro chérie…
voilà c’est bon je m’ennuyais un peu c’est tout…
j’ai juste caressé les airs du bout du doigt…
juste un réflexe aucune raison d’en faire toute une histoire…
juré je voulais pas vraiment passer à un nouveau visage…

j’suis pas accro chérie…
j’arrête quand j’veux…
t’as vu j’ai posé mon smartphone ma tablette mon pc et mon cœur sur la table…
pour qu’on puisse écouter les hirondelles ensemble avec les notifications…

j’suis pas accro chérie…
un pote à moi…
y sniffe les lignes de commentaires…
pures et comme ça sans leur enlever les fautes…
y s’fume cent cinquante likes par jour…
en cartouches qu’il achète à la frontière de la réalité…

j’suis pas accro chérie…
mon pote il a son ego tout noirci par la gloriole facile/factice/tactile…
mais ça lui fait du bien vu que sa vie est pas très glorifiante…

j’suis pas accro chérie…
mais j’suis pas Parisien non plus…
ni Lyonnais d’ailleurs…
enfin j’suis né à la Croix-Rousse quand même…
mais bon j’suis pas l’fils à Machin Bidule…
j’connais personne j’ai qu’ce moyen qu’on m’lise…
comment y f’saient les gens pour exister dans les campagnes avant…
y s’r’gardaient dans l’eau des flaques celle qu’est jamais la même…
moi quand j’regarde mon fil d’actu les statuts c’est toujours les mêmes…

j’suis pas accro chérie…
je joue au grand jeu vidéo du siècle et j’ai pas l’droit d’te perdre…

j’suis pas accro chérie…
tu sais il m’en faudrait bien plus pour nourrir mon cancer de l’ego…
c’est pas avec un pauv’ petit paquet d’vingt clics par jour…
c’est pas comme mon ami tu sais celui qui s’injectait des flux dans l’bras…
plus une nouvelle depuis des mois nan j’le connaissais pas mais bon voilà…

(illustration Sean Gadoury)


Clé des mots-clés

(Poème avec les 6 mots clés les plus tapés de l’année 2014)

doing-it-wrong-funny-binoculars

recherche google
d’une existence
sur facebook
sur youtube
sur le bon coin.fr
sur planète orange
message hotmail :
on l’a pas trouvée


Y’a Nemo sur facebook

toi et moi
nous surfons
sur le net
comme
deux poissons dans l’eau
mais chacun
d’un côté
de la vitre

bande de poissons


Super Mario (in the forest of illusion)

j'attends la bande ensoleillée qui rend fluorescentes les feuilles mortes, les feuilles vertes 	la mousse du sol des bois la coiffe rouge à pois d'une amanite tue-mouche 		     et j'ai cueilli pour toi  princesse solitaire les pièces   d'or suspendues                dans les branches 	des feuillus tout est aussi réel dans un jeu vidéo      et je voudrais la ramener   chez moi en m'enfonçant dans une souche  	avec mes 1000 amis facebook ainsi que presque l'impression d'exister

Illustrations : en haut, The Mushroom Meadow by Taftamanabag
en bas, un monde de Super Mario World sur Super Nintendo


Vie de merde

J’ai obtenu un arrêt maladie
Pour un poil dans la main
Et donc, je me suis dit
Que j’allais vivre une journée exceptionnelle

J’ai regardé, content, un long documentaire
D’Arte en haute-définition
Sur les bermudas à bretelles
D’un collectionneur bavarois

J’ai ressenti une énorme envie de vomir
Je suis allé à la fenêtre
Un moment, soulagé et heureux, j’ai pensé
A la neige, qui tuait les plantes du balcon

J’ai écrit le début de ce poème avec enthousiasme
N’ayant encore rien fait je n’avais rien à dire
Et un interminable mal de crâne
M’a fait passer à autre chose

En sifflotant, j’ai cuisiné
Une délicieuse crêpe dauphinoise
Au jambon, à la fourme et aux noix
Que j’ai jetée, trop nauséeux

J’ai navigué pendant une éternité
Sur divers sites inintéressants, captivé
Puis j’ai bloqué sur des profils facebook
Inconnus, sans en avoir rien à foutre

Incapable de me concentrer sur quoi que ce soit
J’ai fait couler un bain
J’ai lu un livre ancien, ravi, dans l’eau, sans rien comprendre
En écoutant de vieux titres de Metallica et suffoquant
Dans l’eau trop chaude, je suis sorti au bout de cinq minutes

Je me suis endormi comme un enfant
En retenant ma toux devant un dessin-animé
Une bonne partie de l’après-midi
Puis je n’ai presque pas dormi de la nuit
Et tout a recommencé le lendemain, aujourd’hui

……………………………………………………………………………………………………………………..

Il y a des gens qui écrivent
Des conneries de ce genre
Sur des sites comme « Vie de merde.com »
Où l’on est très heureux de retrouver la sienne
Dans un miroir qui nous console d’exister

Et quelque part, peut-être
Dans une autre dimension
Ou dans un monde parallèle
Il y a aussi des gens qui vivent
Vraiment une vie de merde

Un jour je vous raconterai
La vie de l’un d’entre eux
Et les petits tracas
De son quotidien
Feront passer les miens
Pour un don du ciel
Insoutenablement injuste


%d blogueurs aiment cette page :