Archives de Tag: famille

un nouveau bédépoème avec Eric Demelis


Monsieur Pot-de-fleurs

Printable up to 6"x8".

(Faites pas trop attention à lui
il fait aussi porte-manteau)

juré j’y suis pour rien
on m’a planté au fond d’une poussette
on m’a fait pousser sur un siège auto
on m’a placé derrière un bureau d’école
puis à un boulot épanouissant
avec toute une famille bourgeonnante
et un jour je suis sorti cueillir les roses
mais c’était du pipeau
on m’attendait au jardin
pour m’enterrer dans une
tombe

collage : Bloomy kiss, Eugenia Loli


Famille en vrac

..

1e2e0473c0c419ad015f6927583944f9

.

valises
ordi portable
bouquins
matos de pêche
guitare acoustique
lapin en cage
bébé en poussette pliante
toi dans ta robe d’hiver
moi sous mon gros manteau
et vlan portière fermée
trois vies pleines à craquer
démarrent

 

source photo


Un certain destin

images2

certains souvenirs d’enfance
dans certaines familles
avec une certaine scolarité
certaines études
une certaine offre d’emploi
certaines histoires d’amour
certains désirs d’enfants
de fonder une certaine famille
vont certainement
vers un certain destin


Ta nouvelle religion

onze apôtres
et un rectangle de pelouse
au règlement arbitraire
dans cette famille on s’est toujours transmis
la passion de l’équipe nationale
qui joue à des milliers de kilomètres de l’église
et c’est beaucoup plus important
aux yeux de toute la Terre
de tous les invités
et de l’époux tout juste baptisé
que la mariée

2154189_FULL-LND(source photo)


I. A.

Tant que j’appartiens à un groupe,

 J’intègre et adopte le comportement, les mœurs, les us et coutumes du groupe auquel j’appartiens :

 Je trouve beau ce que le groupe auquel j’appartiens trouve beau sans avoir jamais cherché à éprouver personnellement la sensation de la beauté ;

  Je trouve bon ce que le groupe auquel j’appartiens trouve bon sans avoir jamais cherché à éprouver personnellement la sensation de la bonté ;

Je trouve vrai ce que le groupe auquel j’appartiens trouve vrai sans avoir jamais cherché à éprouver personnellement la sensation de la vérité ;

 Je me tiens à distance de tout ce qui s’écarte de la morale, des croyances ou de l’esthétique du groupe auquel j’appartiens, afin de ne pas en être écarté à mon tour ;

 J’affiche une personnalité intègre, constante et conforme au reflet qui m’en est renvoyé par le groupe auquel j’appartiens, tout en restant persuadé de ma distinction, sans avoir jamais songé à sonder la banalité, l’inconstance et la vanité qui sont propres à ma personnalité.

 Si j’appartiens aux groupes sociaux dominants, alors je m’efforce d’y conserver ma place, au détriment de ceux qui n’en font pas partie, en suivant les instructions précédentes, et en évinçant ceux qui ont le malheur de faire entorse aux instructions précédentes ;

 Si je n’appartiens pas aux groupes sociaux dominants, alors soit je déteste ces derniers ainsi que leurs valeurs et lutte pour que mon groupe prenne leur place, soit je les vénère ainsi que leurs valeurs et tente de façon aussi vaine que pathétique de m’y insérer en suivant les instructions précédentes.

 Le travail est le garant de la valeur de toute vie et la condition nécessaire de mon appartenance à un groupe : j’aime mon travail, qui est ma raison d’être, sans lequel je m’ennuie et me trouve confronté à la vanité, à l’inconstance et à la banalité de mon existence ; je me laisse parfois raisonnablement aller à quelque passion ou loisir afin de connaître le sentiment de plénitude d’un être accompli, libre et heureux, dont le travail n’est pas la seule raison d’être : j’aime être diverti.

 L’amour est la force motrice de toute vie et une condition suffisante de mon appartenance à un groupe : je tombe amoureux d’une seule personne appartenant au sexe opposé, je l’épouse conformément au rituel arbitraire en vigueur au sein du groupe auquel j’appartiens, et j’instaure une distinction hiérarchique formelle entre l’amour que je porte à cette seule personne durant toute ma vie, et l’affection qu’il m’arrive d’éprouver pour certains de mes amis.

 La famille est la finalité de toute vie et la célébration de mon appartenance à un groupe ; la famille, la communauté, l’espèce humaine, sont perpétuellement menacées de déclin et doivent à tout prix être maintenues en un perpétuel état de croissance, afin que perdurent leurs valeurs, leurs croyances et leurs manières, dont elles sont seules garantes, et qu’elles ont pour ultime mission de divulguer dans le néant de tout l’univers – et à la racine de cet important dessein : je trouve un travail qui satisfasse les aspirations du groupe auquel j’appartiens ; tombe amoureux d’une personne appartenant au sexe opposé dans le groupe auquel j’appartiens ; fonde une famille de taille et de nature correspondant aux attentes du groupe auquel j’appartiens, que je chéris et nourris en travaillant ; et transmets à ma progéniture le comportement, les mœurs, les us et coutumes du groupe auquel j’appartiens afin qu’elle puisse trouver beau, vrai et bon ce que le groupe auquel j’appartiens trouve beau, vrai et bon sans avoir jamais cherché à éprouver personnellement les sensations de beauté, de vérité et de bonté, dans le but de ne pas être écarté du groupe auquel j’appartiens.

***

Tableau de Carlos Zinelli

Vidéo : « Fitter, Happier », de Radiohead


%d blogueurs aiment cette page :