Archives de Tag: femmes

 355145b49d2a1d5a2d46e85bb511ae86

 

Mec, ça te dirait d’évoluer dans une sphère où même la langue fasse en sorte que tu disparaisses ?

 …

Où l’on doive dire « Monsieur la Présidente », cet homme est « une grande écrivaine », ou « Doctoresse Jean Bidule » avec une certaine gêne, mais « caissier », «  homme de ménage » ou «  père au foyer » sans le moindre problème ?

Où on t’appellerait « elles » dès qu’une femme traînerait dans les parages, même si t’étais avec seize autres camarades ?

Où toutes les femmes se traiteraient sans arrêt de « sales gaillards » ou de « grosses gouines » entre elles, comme si la virilité elle-même était une vile atteinte à leur féminité ?

Où elles te laisseraient faire ton choix entre te maquiller la face  pour ressembler au masque d’un fantasme, ou t’effacer sous un voile de tissu qui puisse dissimuler c’que t’es vraiment, ou les deux finalement ça t’va pas si mal ?

Où tu te fasses traiter d’« vulgaire beauf hoministe » si ça te plaisait pas, vu l’fait que c’est bien mieux qu’avant qu’ailleurs ou même qu’ici d’ailleurs ?

Où des corps d’hommes parfaits soient placardés à moitié nus dans toute la ville pour vendre des produits divers aux dames, et se fassent bringuebaler à quatre pattes dans les encarts publicitaires de certains sites de télédéchargement squattés par ta branleuse d’adolescente ?

Mec, ça te dirait d’passer juste une journée sous l’épiderme de la plus banale des nanas, même sur une terre prétendument pas trop barbare ?

 


Free poem

(Requête trouvée au fin fond d’une recherche images)

AshkanHonarvarNegativeSpace8

..

bouches culs reins seins
y a-t-il juste quelqu’un
pour tomber amoureux d’une
des femmes qui vont avec
tenter de la faire rire un peu
lui offrir un diabolo menthe
en écoutant tous ses problèmes
faire quoi que ce soit pour mériter
son intimité pas toujours si rose ?

Negative space 8, Ashkan Honarvar


Des fois la vie s’enfuit sur une espèce d’écran tactile bizarre

atomic

2 enfants sont nés
3 femmes sont parties
le monde a brillé
d’1 conflit nucléaire et
5473 couchers de soleil
mais t’as pas bougé
t’étais sur ton mobile


United colors of béton

ae013271f27a95ef11254fd9fea530db

des blanches
des roses
des bien dorées
des noires et même
des violettes
l’homme qui aimait
un petit peu trop
les jambes des femmes
est tombé dans les fleurs

 


Des hommes et des femmes

des hommes et des femmes dans des maisons sur pilotis plantées sous le sommet des arbres géants de la forêt d'Amazonie nus sous les pagnes spectraux de leurs ancêtres vivent et s'entretuent pour quelques gouttes d'eau dans les rues sombres des mégalopoles et dansent peinturlurés comme des pygmées autour des feux antiques et des stripteaseuses dans des discothèques ancestrales et meurent dans des hôpitaux miteux sur le sable chaud et sec du désert dans des villes en révolte ou sous les tsunamis tombant dans la ruelle qui est à deux pas de chez vous comme des poissons rouges au pied de nos télés HD à écran plat et frétillent une dernière fois en s'accouplant sur le sol du salon et vivent et meurent et font l'amour loin de nos beaux appartements bien ordonnés qu'est-ce que ça peut te faire ?

***
photo : REUTERS/Funai/Handout – indiens d’Amazonie découvrant un avion pour la première fois et le canardant de leurs flèches.


%d blogueurs aiment cette page :