Archives de Tag: grammaire

manuel de grammaire pour les jeunes mamans top-modèles


la première langue
d’une larve d’homme
c’est des
larmes

la deuxième
quand il fait
risette

après
(syllabes mots phrases poèmes romans traités de linguistique…)

ben c’est du babillage


23 petits extraterrestres

vingt-trois élèves
qui exécutent
dix exos de grammaire
à la chaine
sans émettre un son
puis
sortent automatiquement
un roman de leur sac
l’un après l’autre
pour continuer à former leurs cervelles
en attendant que les derniers
finissent

AH ! HA !

je m’en doutais
pensa
le nouveau professeur de français
quand il les vit quitter
au signal d’une étrange mélodie
d’ascenseur
le sol
de la salle de cours
et s’envoler par la fenêtre
en flottant dans un beau halo vert
un à un :
ils venaient bien
d’une autre dimension.

jour-ou-la-terre-s-arret-ii02-g


Grammaire de notre monde

***

image trouvée ici.

à cette époque le monde n'était qu' « Oh ! aïe ! ouf ! pfiou ! » magma informe dans l'esprit de dieu sait quels primates où bouillonnaient quelques interjections Puis au commencement était le verbe torrent insaisissable et tonitruant de lumière s'écoulant lentement depuis le ciel vers les déserts boueux de l'imagination Lorsque naquit de cette union le grand jardin des noms et sur les noms d'étendues vierges et de lacs blancs comme des pages blanches se découpèrent des substances d'étoiles et de nuages des nuages d'océans, de torrents, de rivières des rivières de plantes de fleurs d'arbres et de forêts et des forêts de faunes, de poissons, de lézards, des dinosaures de tigres et d'oiseaux fourmillant de serpents et de petits lapins Infiniment renouvelés par les fruits d'une angélique armada de pronoms et d'articles Or, toi et moi, à ce moment, nous étions là, au beau milieu de ce grand étalage de goûts et de couleurs Nous inventions des adjectifs, il y en avait des bleus, des roses, des forts, des faibles, des doux et des rugueux, des bons et des mauvais Et nous n'avions que l'embarras du choix : il a fallu tisser classer étiqueter tous ces produits imaginaires au fil des conjonctions et des prépositions Quand nous avons enfin créé la phrase après des millénaires de générations inconscientes nous avons balbutié quelques propositions sur la valeur des mots et la grammaire de notre monde Alors, après quelques fautes d'accord sur le choix de la marque d'un frigo conjugal que nous avons nous-mêmes réfrigéré et emballé avec le reste à l'intérieur de nos petits paquets de mots Nous nous entendons à présent : « – Je t'aime.  – Oh ! aïe ! ouf ! pfiou ! »

Brouillon d’rédac’ sur une rencontre insolite

Quand tu écris des lettres et les timbres Le chien de nos voisins aboient A quatre pattes dans le jardin Tu ouvres la fenêtre et les asperge Dans l'eau bouillante (Moi j'écrivais des lettres et les timbrés Le chien Monsieur Martin Madame Dubois Toute la ferme dans le jardin Tous se la ferment enfin Donc j'ouvre la fenêtre) et les asperges Dans l'eau bouillante Sont juste cuites Ainsi c'est toi qui m'as ouvert ta porte Et l'on s'est régalés en s'accordant de suite

Lord of Words – episode III : La marche du pluriel

Puisqu'aujourd'hui les foules sont muettes Puisque les foules sont atones on n'entend Plus les serpents qui sifflent sur nos têtes Ou bien les sifflements des foules indignées Ces foule S Qu'elle S qu'elles ne seraient plus Que le spectacle artificiel Des marques du pluriel ? Et pourquoi S Qu'on nous emmouscaille Et nous embarrasse tous Avec des normes vieilles ? Y'a qu'à marquer comme on l'entend !

Lord of Words – episode II : Nostalgie des temps composés

Et donc, lorsque les gens ont commencé A parler le passé composé Tout le pays en proie au chaos Tomba sous la domination Du Parti « Si Peut Passer »  Entre leurs mains Deux auxiliaires Au règles simples Et radicales  Pour s'accorder avec l'un d'eux Il fallait seulement Être quelqu'un Ou avoir de l'argent Pour passer outre leurs agents  Ils eurent un succès énorme  Leur système étant plus aisé Qu'au temps du passé simple On pouvait s'élever Au-dessus de vieux groupes Trop clos et sclérosés Les gens scandaient partout Leurs slogans dans les rues Qui redonnaient espoir  A la population  Si Peut Passer  On est d'accord Si pas assez Alors : de-hors Ah !... Le Parti Si Peut Passer... Si Peut Passer... le passé... quelle bonne blague... C'était l'bon temps quand j'y repense Nul pays n'a connu règles plus arbitraires Non, aucun pays ne les a connu Aucun de ceux qui sont connu Ningún país las ha experimentado Mais aujourd'hui, on ne s'accorde plus Avec personne, non, il n'y a plus Que les snobs et les homdeletr Qui s'en souviennencore

L’erhu de ma voisine

Il faudrait au moins deux fanfares pour pallier
L’absence de ma seule voisine de palier :
Ah ! Quand sonnent les deux cordes de son erhu,
Il n’en sort qu’un seul son dissonant et affreux…

Heureux, lorsqu’elle joue des ballades,
Celui qui a deux boules Quies,
Ou bien qui sort se balader,
Se retrouve seul, et potasse

Le premier tome des Mémoires d’Outre-tombe
En avalant deux grosses tommes de Savoie :
On ne peut mourir qu’une fois !

Le glouton se nourrit toujours à deux reprises,
Et même les unijambistes
Peuvent courir à toutes jambes…


Lord of Words – episode I : Les barbares du passé simple

Il y eut un pays où l’on parla L’ancienne langue appelée passé simple Jusqu’à ce jour où l’on vit déferler Le peuple des BARBARES DU PASSE SIMPLE Ils s’introduirent d’abord sournoisement Parmi les verbes du troisième groupe Puis profitèrent du chaos régnant Pour s’étendre sans que nul ne s’en rendût compte Rapidement, les barbares gagnirent Les couches les mieux ordonnées Et jaillissa à toutes les personnes Heureusement un vaillant clerc ès passé simple VINT sur son fidè le destrier de règles Dans son armure d’oreille et d’écoute Et sous le légendaire bouclier Des grimoires classiques Brandir la poin te du trian gle vocalique Le clerc chargea d’abord tout droit Dans la première vague de verbes en –er Meurtrit les frémissantes troupes De l’escadron du second groupe Tint bon quand des renforts survinrent Mais tressaillit tandis qu’il aperçut La horde hétéroclite, l’ultime cohorte Sifflant des [u] des [i] lorsqu’elle le vit Il faut être à l’écoute ! Et que ça sonne juste ! Cria-t-il. Et la horde le saisissa, l’atteint Il tombit et ne revenut point Les gens disèrent que les grimoires des légendes Ne devaient être lus que de hautains Seigneurs Et c’est ainsi que notre passé simple Par ces temps composés du passé A jadis été remplacé Lorsqu’un clerc fut pourfendies

A quoi ça sert ? (II)

A quoi ça sert D'étudier la grammaire, Et les matières scientifiques, Ou d'apprendre les cours d'Histoire ? A quoi ça sert De faire des études longues, De se poser des questions compliquées,  D'écrire des pages et des pages, Sur des sujets qui n'intéressent personne ? A quoi ça sert, d'ailleurs, De tout laisser tomber pour un boulot idiot Qui nous fait tous à peu près chier Pour environ 80 % de notre temps, Et ne nous apporte que le bonheur De deux semaines de congés payés par an ? Et puis, aussi, à quoi ça sert D'avoir rasé les forêts vierges Et recouvert la Terre de macadam, De routes, de ponts et de parkings, D'immeubles de plus en plus haut, de tours de béton, De panneaux indicateurs et d'enseignes publicitaires, Pour tenir l'atmosphère générale en croissance ? Tant qu'on y est, à quoi ça sert Les rivières, les fleuves, les lacs, les mers, les océans, Les montagnes, les falaises, les vallées, les forêts, les prairies, Les aigles, les pieuvres, les tigres, les hannetons, Les boucs, les bœufs, les poules, les hommes, Les chrysanthèmes, les orchidées, les pâquerettes, les hortensias, Et les feuilles des arbres, les baobabs, les cocotiers, Et les couchers de soleils, et les jours, et les nuits, les saisons, les années, et les siècles ? C'est vrai, à quoi ça sert La Terre, la Lune, le soleil, les planètes et les satellites, Et le système solaire, qui tourne dans le vide, Et les comètes, et les étoiles filantes, et les ceintures d'astéroïdes, Et les étoiles, les blanches, les rouges, les naines et les géantes, Et les supernovas, les nébuleuses et les trous noirs, Et la voie lactée, les galaxies et la matière obscure, Et la totalité de l'univers, et même, le reste, Et le type qui a fait tout ça, à quoi il sert, lui ? Sans blague, au fond, à quoi ça sert De demander à quoi ça sert ? … Enfant, tu vois que rien ne sert à rien. Pour l'heure, Ce que tu as de mieux à faire, c'est tes devoirs.

%d blogueurs aiment cette page :