Archives de Tag: guerre

13 bonnes nouvelles de notre Univers
qui ne l’empêcheront pas de disparaître un jour


si notre
monde
s’éteint
ce sera
dans l’insouciance
et la douceur pour
quelques chanceux

oui les deux hémisphères
de mes joues se réchauffent
près de toi

mon fils
ce dictateur en herbe
vient d’être renversé
par une démocratie provisoire
qui n’a que quelques jours

enfin
les pigeons
ont cessé
de bombarder
le pare-brise de
notre caisse

les scientifiques ont découvert une planète paradisiaque
aux confins du néant infini de notre solitude universelle
on y accède en songe

l’ours polaire en peluche
n’est plus en voie d’extinction
depuis qu’on a changé ses piles

je crois avoir trouvé la parfaite tête de Turc
le bouc émissaire idéal de toutes mes tuiles
c’est moi

arrêt total
des émissions de nazes toxiques
sur une période d’au moins vingt ans
obtenu après de longues négociations
entre ma femme et moi
nous avons signé un accord
destiné à la préservation
de notre
egosystème

cinq cents
volcans
de haine
cent mille
tsunamis
de larmes
je reste zen

d’accord c’est que des pages virtuelles
mais les humains partagent au moins

racisme
guerres de religions
ou lutte des classes
n’existent pas parmi les fleurs du parc
seulement les pissenlits ont un peu l’air
de prendre le dessus sur les pâquerettes

tout
va bien
il reste juste encore assez de banquise
et de petits morceaux d’icebergs gelés
dans le regard froid
de ma directrice pour
me liquéfier entièrement

les forces du bien ont remporté la guerre
contre les fourmis et punaises du balcon
à coups de pistolet à eau

la paix
dans le
moindre
effort


Deux de mes poèmes et une note de lecture sur mon recueil Documentaire humain sont au sommaire de la revue Cairns, en très bonne compagnie dans ce numéro 19 dont le thème était « peur, paix et respect ». Un gros gros merci à Patrick Joquel ! Et voici un petit extrait signé Fabrice Marzuolo : 

wp-1475578047275 wp-1475577981433


Bla bla TV

dee02520725c7733ded675e09971a6b7

bla bla bla bla bla crise…
bla bla croissance…
bla bla bla bla valeurs…
bla bla bla chômage…
bla soudain…
bla bla bla un monde…
bla bla meilleur…
bla bla bla bla est apparu…


Fais passer l’poème : Wajdi Mouawad

Aujourd’hui, un extrait d’Incendies, pièce de théâtre de Wajdi Mouawad sur fond de guerre du Liban, dont est tiré le film du même nom. Un texte vraiment fort. Voici la scène 33 du 3e acte :

..41yDPQJdl0L._SY344_BO1,204,203,200_.
33. Les principes d’un franc-tireur


(Nihad, fusil avec appareil photographique au bout du canon, tire.
Une première photo d’un homme qui court apparaît.
Nihad se déplace, tire de nouveau.
Une photo du même homme touché à mort apparaît.)

NIHAD. You know, Kirk, sniper job is fantastic job.
Justement, Nihad, can you talk about this ?
Yeah ! It is an artistic job.
Because a good sniper, don’t shoot n’importe comment, no, no, non ! I have a lot of principe, Kirk !
First : When you shot, you have to kill immédiatement, for not faire souffrir the personne.
Sure !
Seconde : You shoot all the personne ! Is equitable with tout le monde !
But for me, Kirk,
Every balle que je mets dans le fusil,
Is like a poème.
And I shoot a poème to the people and it is the précision of my poème qui tue les gens et c’est pour ça que my photos is fantastic.
And tell me, Nihad, you shoot everybody.
No Kirk, not everybody…
I imagine that you don’t kill children.
Yes, yes, I kill children. No problème. Is like Pigeon, you know.
So ?
No, I don’t shoot woman like Elizabeth Taylor. Elizabeth Taylor is a strong actrice. I like her very much and I don’t wan’t to kill Elizabeth Taylor. So, when I see a woman like her, I don’t shoot her…
You don’t shoot Elizabeth Taylor.
No, Kirk, sure not !
Thank you, Nihad,
Welcome, Kirk.

(Nihad se lève, épaule son fusil et tire de nouveau.)

..

extrait d’Incendies, acte 3 scène 33, Wajdi Mouawad, 2009, Actes Sud


Civilisation

civilisation2civilisationphoto tirée du jeu Civilisation V – poème extrait d’un truc qui avance

j'ai fondé une tribu tracé des routes rasé toutes les forêts construit des villes relié tout ça de câbles et d’ondes puis tout le monde s’est entretué j’ai pas compris pourquoi et j’ai éteint l’ordi

Dilogie pour poubelle

1. Ecolométalepse (à gauche) Prendre tous les machins dégueus déchets radioactifs gazinières usagées ordures ménagères pneus et sacs en plastique qui dégueulassent notre planète bleue Les balancer sur les anneaux de Jupiter dans un affreux poème à foutre à la poubelle Et qu'on n'en parle plus 2. Universal War III (à droite) Et réunir aussi tous les casse-burnes de la Terre dictateurs communistes traders et milliardaires capitalistes jeunesse néonazie et islamistes radicaux pères de famille aux idées droites petites bourgeoises aux cerveaux étriqués vieillards à l'esprit trop étroit dans une poésie à destination de Saturne ou n'importe-où ailleurs dans l'univers Laisser tous ces gros mots s'y entretuer dans une guerre universelle loin de tous ceux qui n'emmerdent personne Et nous foutre la paix Poubelle (en bas) Laisser tomber dans ma poubelle les poésies pourries les vers pas beaux les airs gazeux et les sons belliqueux Pour simplement ficher le camp dehors dans un chant, au prédelle

%d blogueurs aiment cette page :