Archives de Tag: monde

13 bonnes nouvelles de notre Univers
qui ne l’empêcheront pas de disparaître un jour


si notre
monde
s’éteint
ce sera
dans l’insouciance
et la douceur pour
quelques chanceux

oui les deux hémisphères
de mes joues se réchauffent
près de toi

mon fils
ce dictateur en herbe
vient d’être renversé
par une démocratie provisoire
qui n’a que quelques jours

enfin
les pigeons
ont cessé
de bombarder
le pare-brise de
notre caisse

les scientifiques ont découvert une planète paradisiaque
aux confins du néant infini de notre solitude universelle
on y accède en songe

l’ours polaire en peluche
n’est plus en voie d’extinction
depuis qu’on a changé ses piles

je crois avoir trouvé la parfaite tête de Turc
le bouc émissaire idéal de toutes mes tuiles
c’est moi

arrêt total
des émissions de nazes toxiques
sur une période d’au moins vingt ans
obtenu après de longues négociations
entre ma femme et moi
nous avons signé un accord
destiné à la préservation
de notre
egosystème

cinq cents
volcans
de haine
cent mille
tsunamis
de larmes
je reste zen

d’accord c’est que des pages virtuelles
mais les humains partagent au moins

racisme
guerres de religions
ou lutte des classes
n’existent pas parmi les fleurs du parc
seulement les pissenlits ont un peu l’air
de prendre le dessus sur les pâquerettes

tout
va bien
il reste juste encore assez de banquise
et de petits morceaux d’icebergs gelés
dans le regard froid
de ma directrice pour
me liquéfier entièrement

les forces du bien ont remporté la guerre
contre les fourmis et punaises du balcon
à coups de pistolet à eau

la paix
dans le
moindre
effort


Bla bla TV

dee02520725c7733ded675e09971a6b7

bla bla bla bla bla crise…
bla bla croissance…
bla bla bla bla valeurs…
bla bla bla chômage…
bla soudain…
bla bla bla un monde…
bla bla meilleur…
bla bla bla bla est apparu…


3c1144b497d50792fb37a8f5a82d53e5Le plus beau poème du monde

ah ça il a au moins les vers
il a même des pieds
il va vers un sens mais de traviole
il dit des mots
qui riment pas à grand chose
en répétant des sons
il nous fait quand même nous interroger
sur les mystères de la vie
très novateur ce petit poème non ?
il a cinq dents et c’est mon fils


Boucs émissaires gratuits

2f69d9758d818c7ae7ea292ee565341f(Au cas où y’en ait pas déjà assez)

La faute aux personnes normales !
Président sauve le monde !
Superhéros ? Superpouvoirs ?
Des bons à rien oui !
Le problème c’est les gens qui s’aiment !
Faudrait raccourcir les minijupes !
Et y’a trop d’milliardaires !
C’est eux qui nous volent nos yachts !
On peut pas accueillir tous ces proprios !
Attention dangereux pacifistes !
Coupables de n’avoir rien fait de mal !


Produit du terroir

collage2

élevé à la volaille du pays
j’ai les cellules gorgées d’Isère
les os en calcaire des Alpes
et de bonnes réserves d’huile
d’olive méditerranéenne
avec une pincée de sucre de canne
plus quelques produits surgelés
venus des quatre coins du monde

photo : Matt Wisniewski


Négatifs

Je ne veux pas dire que les rivières aient autrefois coulé ailleurs que contenues dans de limpides cylindres de plastique qui s'alignent le long de rayons de métal que les océans n'ont pas toujours été réduits en cette poudre blanche que renferment de petits tubes de carton bleu ou que le genre animal ait jamais existé que sous l'apparence d'identiques rectangles de chair homogène stockés dans des coffres frigorifiques et je n'ai pas l'audace de penser que le monde dans lequel nous vivons ait d'ailleurs un jour été d'une autre couleur que blanc, gris, légèrement bleuté et noir ou bien que cette image négative de la réalité ne soit rien d'autre que le froid produit infernal de notre plus grande peur qui est la négation de la vie mais je ne vais pas non plus laisser croire que ce monde ancien n'ait été dangereux qu'en des temps reculés la nature ait poussé en des jardins ailleurs qu'inoffensive sur des parcelles de terre en pot je n'éprouve aucune crainte à l'égard du monde que nous sommes en train de créer

***
photo prise ici et retouchée


Ce qu’est vraiment la gravité

t'ai-je vraiment croisée par un seul coup de veine il y a dix ans le monde entier s'est renversé nous étions dans un champ au cœur de la planète allongés sur nos deux serviettes un soir d'été face à la froide profondeur de l'univers et à la proue de l'immense vaisseau terrestre tu chantais des anecdotes je sentais que la for ce d'un étau nous unissait pareils à des insectes à ce bref point de l'univers où nous voguions sans savoir où guidés par les luminophores parlant sans gravité et n'ayant qu'un seul but s'unir de nuit

Radio-monde

sur le buffet de ma cuisine une vieille radio joue des chansons du monde les mélodies n'ont pas de sens mais il y en a des tristes il y en a des joyeuses qui peut dire : « c'est pas juste » ? il y a toujours une harmonie les accords des montagnes et les refrains du monde les aigus et les graves du bonheur et des maux

L’homme-flaque

... ... ... 

je t'attends, je regarde des flaques spatiotemporelles éventrer le béton disperser des passants des bouts de ciel au sol et de nuages qui passent noyés dans le bitume il y a des arbres des cimes d'immeubles et des bouts de ville les feuilles qui renaissent et qui s'écoulent aux caniveaux c'est pas grand chose, le monde dans une flaque, au printemps on peut rêver tout ce qu'on veut des murailles de châteaux qui flottent des jambes floues de princesses à l'envers des oisillons qui font chanter les klaxons des moteurs de voiture qui font vibrer la ville on peut rêver tout ce qu'on veut dans la limite des contraintes matérielles tout le monde se fout, après la pluie, des flaques sur le bitume et quand tu es venue nous avons d'ailleurs dû les fouler au pied donc voilà, c'est sans doute pour ça que je me suis encore retrouvé tout d'un coup dans l'envers du décor – de l'autre côté de la flaque, au beau milieu des ondes, dans un lieu sans couleur, sans pouvoir rien faire d'autre que regarder au sol l'autre moi se barrer avec toi et mon sourire de gros crétin – avec le mal de tête d'un gros coup dans l'asphalte (je reste souvent, comme ça, coincé dans la réalité des choses) le monde est un patchwork de flaques splashées dans le béton de la réalité tronçonnant un reflet de Dieu qui n'a aucune réalité, au sens commun

Avec des sy

Si ce qui est vrai est bien réel Si ce qui est réel est bien manifeste Si ce qui est manifeste est bien apparent Si ce qui est apparent est bien trompeur Si ce qui est trompeur est bien faux Et si ce qui est faux est bien irréel Alors ce qui est vrai est faux Et ce qui est réel ne l'est pas Avec des sy nonymes On pourrait changer le monde en bouteille Puisque notre monde est la Terre Et que la Terre est une sphère Puisqu'une sphère est une grosse bulle Que les bulles ont parfois la forme des ampoules Qui elles-mêmes sont semblables à une fiole Et qu'un fiole est bien un type de bouteille Voilà, c'est fait ! Le monde en bouteille Qui jamais ne se vide Un chat n'est pas un chat Avec des puiss ances latentes Un chat est un minet Un minet, un amant Et un amant, un homme Or, tout homme est mortel Et ce qui est mortel est vraiment très casse-pieds Les casse-pieds sont de fieffés fouineurs Et les plus grands fouineurs sont les chiens Les chats sont donc des chiens Et en passant, les hommes aussi


%d blogueurs aiment cette page :