Archives de Tag: papa

La pelle de la forêt
(lettre ouverte à l’esprit de Jack London)


cher Jacques
de Londres
ici y fait 3°C au soleil
nous on aime bien mais bon

c’était p’t-êt’ pas la peine de m’remercier
d’avoir forcé des centaines de cinquièmes
à lire tes livres

en m’faisant jouer
au chien d’traîneau
charriant une poussette
tout-terrain installée
sur une
luge

tu sais
j’ai l’impression qu’mon fils et ma nana
s’prennent un peu trop pour des trappeurs
quand ils me crient
« PLUS VITE PAPA !
PLUS VITE ! » en équilibre
là-d’ssus

mais comme
j’ai encore une pépite
de sept ou huit kilos
qui dort
dans mon
traîneau

et qu’ma
mine d’or
c’est leurs
éclats
de rire
quand
j’m’étale
dans la
neige

j’veux bien
qu’tu d’mandes à tous tes personnages
si y’a une aut’ manière de braver la poudreuse en famille
quand on n’a ni raquettes ni skis et deux gosses en bas-âge
vu qu’y s’y connaissent bien
asskip’

PS : tes romans du Grand Nord
est-ce tu t’imagines où j’me les fourre ?

et mes fourrures
j’te dirai pas
où j’les capture
quand j’me réchauffe
près du feu
de ma
meuf


– Papa, as peur des éléphants toi ?
– Bien sûr que j’ai peur des éléphants !
– Mais non ! As peur de rien toi ! Es très fort !
– Oui, bon, d’accord, mais là, quand même, un éléphant c’est très gros, je peux rien faire moi…
– Mais toi tu es très grand papa ! Beaucoup beaucoup !
– Alors oui, certes, mais pas assez quand même… Moi à côté d’un éléphant je suis tout petit et j’ai très peur, tu sais c’est normal d’avoir peur quand on fait pas le poids, c’est même plutôt raisonnable en fait…
– Mais tu sais, si y’a un éléphant, ze te protèze moi.
– Ah bon !? Et comment tu vas faire ?
– Si y’a un éléphant, toi tu rampes, et moi je te tire par les pieds ! Comme ça !
– Ha ! Ha ! Ben dis-donc ! Maintenant j’ai plus peur !
– Non ! Écoute ! Après il faut on court tous les deux très vite !
– Ha ! Ha ! Ha ! Mais c’est vrai ça ! Vite vite !
– Et il faut bien attacher les bottes ! Sinon on va tomber et l’éléphant il va nous attraper !
– Waouh ! Je me sens prêt à affronter des éléphants maintenant ! Et même des lions !
– Papa, as peur des lions toi ?

(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)


– Papa, c’est quand on arrive chez Papy et Mamie ?
– Bientôt, dans un quart d’heure…
– Papa, c’est quoi un quart d’heure ?
– Un quart d’heure c’est le temps de regarder trois épisodes de Peppa Pig.
– Papa, m’ennuie moi.
– Eh ben dans un quart d’heure tu t’ennuieras plus.
– Papa, quand c’est un quart d’heure, m’ennuie plus. Mais quand c’est deux heures, m’ennuie encore.
– Hein ?
– Quand c’est deux heures, m’ennuie encore. Mais quand c’est treize, m’ennuie plus.
– Euh, je comprends pas là… À treize heures tu t’ennuies plus ? Mais là c’est dix-sept heures !?
– Mais non ! Quand c’est krinze heures, m’ennuie encore. Mais quand c’est un deux trois, sept six neuf, vingt et un, vingt deux, m’ennuie plus. C’est facile !
– Ah oui, à vingt et une heure ou vingt deux heures, tu dors, alors forcément, tu t’ennuies plus. C’est ça ?
– Ben oui, tu vois c’est facile !
– Euh…
– Papa, c’est quand on arrive chez Papy et Mamie ?

(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)


– Papa-caca !
– Ah non ! Faut pas dire ça ! C’est pas beau !
– Papa-pissou !
– Ça non plus c’est pas beau ! Dis plus ça !
– …Papa-pâte-à-modeler ?
– Euh… Bon… Ça ça va… Tu peux le dire si tu veux…
– Papa-rrosoir ?
– Hé ! Hé ! Pourquoi pas ? Ça aussi tu peux !
– Papa-kapla ! Papa-caillou ! Papa-cache-cache !
– Oui ! Pas mal ça ! Ha ! Ha ! H…
– Papa-piss…
– Ah non ! Stop ! Ça j’ai dit non !
– Pistache ! Papa-pistache !
– Oh le coquin ! C’est pas vrai ?! Viens ici !
– Papa-cacao ! Ha ! Ha ! Papa-cacao !! Papa-cacao !!!
– NOM DE DIEU !!! REVIENS ICI TOUT DE SUITE !!!

(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)

photo : Isidro Ferrer


Vis pas !

(livre d’artistes avec Eric Demelis)

Pleure pas la nuit ! Crie pas ta joie ! Mords pas la mort ! Cours pas la vie ça glisse ! Pisse pas sur la Terre ! Fais pas caca sous les comètes ! Dis pas putain au diable ! Fais pas gazouiller ton zizi ! Laisse pas tes jouets jouer tout seuls ! Parle pas aux oiseaux dans la classe ! Rate pas ton bac à la réalité ! Fume pas trop des poèmes ! Bois pas tes larmes ! Te branle pas d’la misère ! Perds pas ton sens de l’orientation sexuelle ! Reluque pas les étoiles ! Chôme pas sous l’dôme des hommes ! Quitte pas ton job avant d’avoir remboursé Dieu ! Laisse pas les anges dire des gros mots ! Te plains pas d’être en vie ! te vante pas d’être heureux ! Vis pas ! Meurs pas ! Meurs pas Papa ! Papa !

 



– Papa ! Pourquoi la maison elle fait du bruit là ?
– Ah ! C’est parce qu’elle a une climatisation…
– Papa ! Qu’est-que c’est une lim… une mil… une limaclitavion ?
– Une cli-ma-ti-sa-tion, c’est une machine qui fait du froid dedans et beaucoup de bruit dehors. Enfin c’est bizarre quoi…
– Du froid dedans ? Beaucoup de bruit doyors ? Bizarre ?
Papa ! C’est bizarre le garage là-bas, est noir à le mur blanc !
Papa ! C’est bizarre le bateau à le jardin là-bas, y’a pas la mer !
Papa ! C’est bizarre le banc où on est, ça sent mauvais les poubelles !
Papa ! C’est bizarre le parking, où elles sont les voitures ?
Papa ! C’est bizarre le ciel, est gris, est pas bleu !
Papa ! Papa ! Paaaaapa ! C’est bizarre…

(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)



– Papa !
Y marche le zizi à toi pour faire pipi ?
– Hein ?
Mais ça va pas de me demander ça ?
– Un jour,
voulais faire pipi avec Papi moi !
Mais Papi
l’a dit à moi le zizi y marche pas !
L’a dit
a le trou à le ventre !
Et !
Met une paille dedans !
Une paille !
Dedans le ventre !
– Euh… oui…
Un peu comme dans un verre de jus d’orange…
– Ha ! ha ! ha !
Le pipi de papi c’est le jus d’orange !
Ha ! ha ! Et coule !
Coule jus d’orange à le ventre à papi !

(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)



– Papa ! Y vont arriver mes amis bientôt !
Paaaapa ! Y vont arriver mes amis bientôt !
– Hein ?! Ah bon ?! Ils vont venir ici ?!
– Oui ! Là ! À nous maison ! Vite ! Est pas prêts nous !
– Mais de quels amis tu parles ?
– Euh…
Ben… Sais pas…
– Ben, comment ils s’appellent ?
– Euh… W… Wito ! Et… Tapito !
– Wito et Tapito ! Ah ! Et ils viennent comment ?
– Euh… Wito à l’hélico, et… Tapito à vélo !
– Génial ! Et à quoi vous allez jouer ?
– Witapitapadapitopitabadapipodapobidaboum !

(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)




– Papa ! C’est pas nous maison ça !
– Hein ?! Mais si, c’est notre appart’ !
– Non ! C’est pas nous maison ça !
– Ah bon ?! Mais elle est où notre maison alors ?!
– Loin ! loin ! loin !
Et elle est bleue !

(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)
(photo Manuel Pita)


Je suis juste venu ici sous la menace alors je vais peut-être pas vraiment chercher à jouer les grands héros de blockbuster américain

040df577ab89c523301b12634ca9efe3

un jour
papa m’a dit
eh ! futur fils !
essaie encore
de ne pas exister
je saute de suite
sur ta jolie maman
pour l’aider un peu
à te mettre au monde
j’essaie encore


%d blogueurs aiment cette page :