Archives de Tag: Paradis

On ira tous au paradis

« Tu mangeras les dépouilles de tes ennemis que Yahvé ton Dieu t’aura livrés » (La Bible de Jérusalem, Deutéronome – 20, 14 : bon appétit)

186bfeafe87bcdb75faad71ea121117f

offrez des plats surgelés aux bornes kilométriques
agrafez-vous des plumes de perroquet aux lèvres
ne mangez que du tamanoir tué par prise de soumission
priez comme une autruche tête enfouie dans le sable
et surtout cachez bien vos oreilles
sous un bonnet orné de cloches de vaches
c’est ce que l’authentique voix de Dieu a dit
hier soir à 23h51
devant la télé de l’asile
au beau-fils de ma voisine
qui sortira
dès demain enfin
normalement


Pet à larguer avant d’être privé de tête

beetlejuice3


inutile de vous fatiguer
vous n’irez pas au paradis
ni en enfer d’ailleurs
votre corps va pourrir
très lentement sous terre
ne laissant monter
au ciel que la bonne odeur
d’un petit pet bien foireux

photo : Beetlejuice, Tim Burton, 1988


Bienvenue au Paradis

mickeyswim

aujourd’hui
nous sommes
les petits rats
qui ont survécu
sous la terre noire
quand les dinosaures
partaient en flammes


Carte postale

Carte postale the-world-dubaiphoto : l’archipel artificiel « The World », à Dubaï (source)

le béton  c’est du sable on vit sur des plages aspirées au fond des océans par l’asphalte des routes à travers les carreaux de verre des skylines qataries les déserts les paradis expirés à voler dans les puces de silice des circuits imprimés  nous surfons sur les vagues en vacances sur des îles naufragées

Paréidolies

Paréidolies clouds_sheep

par-delà les paroles      nos idéaux des paréidolies        des parodies de paradis errants         au nez et à la barbe d’idoles   apparaissent disparaissent dans l’espace                      aérien

Zeste

après la mort les corps s'infiltrent et se retrouvent tous sous l'écorce terrestre pressés comme des citrons en engrais en pétrole en calcaire 		  la chair 		  le jus 		  et les 		  pépins font pousser des forêts des falaises des paradis flottants sur des marées d'or noir et quand on brûle un zeste des premiers êtres vivants quelque parfum d'agrume monte enfin vers un soleil jaune et rieur pareil à un smiley puis tombe  	encore en pluies acidulées

On ira tous au Paradis

offrez des plats surgelés aux bornes kilométriques agrafez-vous des plumes de perroquet aux lèvres ne mangez que du tamanoir tué par prise de soumission priez comme une autruche, la tête dans le sable et surtout cachez bien vos oreilles sous un bonnet orné de cloches de vaches c'est ce que l'authentique voix de Dieu a dit hier soir à 23h51 au beau-fils de ma voisine qui zappait sur la télévision de l'asile et si nombre de gens sur Terre semblent penser que ses idées absurdes ne le mèneront pas au Paradis bouffer du pain rassis et s'asperger de flotte ou planquer ses cheveux sous un bout de tissu se faire tailler la peau du bout du gland remuer bêtement un moulin à prières ou bien fourguer du riz à des statues difformes n'est pas plus sensé pour lui

***
photo : carnaval de Madrid


Portes d’ivoire ou de corne

Le monde est un continuum informe il y a beaucoup de vide et de petites impulsions Des vibrations excitent mes rétines Mes neurones associent des fréquences A des couleurs et à des formes ou satisfaisantes aiguës Le jour, dans mes yeux, s’anime le théâtre du monde *** La nuit, je peux refaire ça en rêvant, seul La ville et les montagnes La Terre et les étoiles Paradis et Enfer Bien et Mal Vrai et Faux Beau laid Homme Femme ***** Tout ça n'est peut-être qu'un songe Des portes d'ivoire ou de corne  De l'une naissent des mensonges De l'autre d'authentiques formes

(Dessin de Victor Hugo : « Portique flamboyant »)


Mon Paradis

***

Tableau : Le Jardin des délices, Bosch, 1503 (panneau central)

Le Paradis est un jardin caché Au creux d'une vallée efflorescente Entre les jambes morales du monde Jadis, j'en ai été chassé Chaque matin c'est avec toi Que j'y retournerai

%d blogueurs aiment cette page :