Archives de Tag: personne

Parution : Maximes de nulle part pour personne  éditions Voix d’encre

« Trente-cinq personnages créés du fond des labyrinthes imaginaires d’Eric Demelis, isolés dans de petites vignettes dont Perrin Langda s’est efforcé de capter l’état d’esprit… »

Extrait :

 

     Terrien du Tout. Fils de bactérie. Va niquer ta mer. Pauv’ continent. Face de péninsule. T’es plein d’moutons. Tu pues du culte. Et t’as un gros néant. Alors ? Tu t’trouves toujours bobo ?

 

• format : 15 x 21 cm
• pages : 80 (35 textes, 35 illustrations)
• ISBN : 978-2-35128-139-0

Prix : 18 € + 3 € fdp

 

A commander ici quand le site sera à jour, ou bien en envoyant dès maintenant un chèque et votre commande à cette adresse, ou encore en me contactant si vous souhaitez un exemplaire dédicacé.

21 conseils pour rater un poème
sans faire le moindre mal à personne

écrire des poèmes
qui parlent à tout le monde
et dont personne ne parle

chaque poème
est un puzzle
terminé au marteau
une vieille clé rouillée
dans une serrure high-tech
la formule magique
d’une crotte d’oiseau
tombée du ciel

bureau
des poètes
ouvert
de 16h44
à 16h43
le 29 février
des années
bissextiles
impaires

ah oui
au fait
t’es un poète
ou un geek
sur internet ?

tu es le petit frère avorté de l’orfèvre
celui qui reste une saison à l’ouvrage
pour rendre à un diamant
son ancienne
forme de vieux
caillou

chaque
soir
il
comp
tait
les
syl
labes
pour
s’en
dor

les étoiles
infusaient
ses poèmes
de grand-mère
ourlés dans
l’étiolement
de ses mots
à la mode

les poèmes sont aussi des êtres vivants merde
ce n’est pas parce qu’ils sont différents monstrueux ou uniques
qu’ils ne doivent pas être traités comme tout le monde

signe ici : ____
tape 83132
gueule un coup
écris un poème
envois-le
à 13,6 personnes
n’y pense plus

avec économie
cette petite pièce
nous fait le conte
d’une dette mythique
d’une crise intérieure
d’éternels sacrifices
aux croissances infinies
d’âges d’or sans fonds
d’épreuves sans fin

travailler
travailler son
travailler son écriture
travailler son écriture n’est
travailler son écriture n’est pas
travailler son écriture n’est pas un
travailler son écriture n’est pas un travail
————————————————————————
travailler son écriture n’est pas un travail à la chaîne

pourquoi ne pas ouvrir
une boutique de poèmes pour touristes
dans un village d’Ardèche ou de la Côte d’Azur
où l’on vend des figurines qui se ressemblent toutes ?

solo
de poésie
avec la
langue

si ce n’est pas un poème
c’est peut-être un poème

bla bla poète
bla bla rôle
bla bla définition
bla bla soudain
bla bla un poème
bla bla s’écrivit

comment cela
vil paltoquet
ainsi donc tu prétendrois
composer de la poësie
dans un dialecte indélicat et rustre
sans même connoistre les nobles préceptes
de la versification du dix-septième siècle ?

mort depuis cent ans
après une descente en enfer
il se retourna dans sa tombe
et fit carrière en poésie

ici se
dresse
un art « majeur »
et mis à
l’index

le trader crée de l’argent avec rien
le poète ne gagne rien avec de l’or

tout poème
et un tas
de mots vivant
qui s’exprime

« merci
de ne pas me laisser
traîner comme une
vieille chaussette trouée
dans votre crâne après
m’avoir
lu »


comprachico

Les plaies mobiles de mon passé s’en vont. Alors jeu construit mon l’ego. Avec le souvenir de ma propre vacance. C’est comme une vieille télé qui grésille. Dans un genre de grenier mental. Toutes mes paroles sont des répliques connues. J’me fais des films des filles des filles en films de fille en film. Et un beau jour le grand Rock’n roll a dit révolte-toi un peu comme tout le monde. Donc je me suis ouvert l’esprit en dieu. Mais celui qui dit les trucs les plus philosophiques m’a piqué le joint. Alors maintenant j’aspire à faire le buzz. Tout en restant persuadé d’avoir une certaine personnalité quoi.

(Maxime de nulle-part pour personne, dessin d’Eric Demelis)


60de8576f0f0e9f0ec479be74e479de9 annonce pour personne
Sans iDentité Fixe

..

cherche
un toi
pour un moi
ou deux

gif de Bill Domonkos


Rien

il n'y a rien ni univers ni vide ni Terre ni atomes ni montagnes ni plaines ni villes ni forêts ni buildings ni arbres ni rues ni fleuves ni foules ni personnes ni cafetières ni fleurs ni sexes ni cailloux ni cycles ni machines à laver ni saisons ni métro-boulot-dodo ni matins ni soirs ni rêves ni plumards ni poème ni usine ni béton ni oxygène ni milliardaire ni clodo ni président ni dame-pipi ni macho men ni travelos ni homme ni femme ni porc ni tamanoir ni éléphant ni fourmi ni frigo ni fourneau ni sécheresse ni cataractes ni rires ni pleurs ni sentiment ni ordinateur ni point ni trait ni toi ni moi ni bonne sœur ni putain ni gros mot ni réel ni guerre mondiale ni partouze générale ni rupture ni liaison ni endroit ni envers ni gouffre ni échelle ni j'en passe ni meilleures il n'y a rien ni rien ni personne qui ne me prouve l'existence de quelque-chose

Nous glissons, loin du temps

Nous glissons loin du temps de l'espace Sans échanger une parole Car nous portons en nous Le lourd passé de nos aïeux En fumée il s'envole dans le rétroviseur Comme le monde est silencieux calme et inoffensif Quand on est enfermé dans sa voiture Nous respirons un air plus chaud qu'à l'extérieur Le regard fixe hébétés et pensifs Nous n'entendons qu'à peine le bruit du moteur A travers des décors grandioses des reliefs magnifiques refoulés qui défilent En fond d'écran de zone industrielle Que nos chansons préférées transfigurent Dans cette fin d'après-midi rose et lumineuse Quels taggeurs ont donné à quels noms Les formes arrondies, extravagantes Qui passent au dessous de brefs ponts Ou stagnent près de vieilles usines branlantes ? Quand nous croisons parfois l'indifférent profil Au delà des cloisons de métal D'un autre couple d'êtres humains Que nous doublons sur l'autre file Ce sont d'autres humains des personnes réelles Mais dans quelle dimension, dans quel monde parallèle ?


Commères

Je lui ai dit qu'il disait elle avait dit qu'on dirait que quelqu'un eût dit mot mais tiens-toi bien m'a-t-il dit j'aurais dit qu'il disait elle eût dit qu'on dirait que personne n'eût mot dit qu'en dis-tu ne dis rien tu disais qu'il avait dit on dirait que quelqu'un eût mot dit mais tiens-toi bien dira-t-on je n'aurais jamais dit que tu disses on eût dit que nul n'eût mot dit que nul mot ne dise diras-tu ne dis pas que quelqu'un aurait dit disais-tu que je n'aurais pas eu dit on dirait que personne ne mot dise et pourtant dirons-nous si tel aura bien dit que je lui ai eu dit deux mots il n'aura pas été dit que tu ne lui eusses eu mot dit

Janvier 2011


%d blogueurs aiment cette page :