Archives de Tag: philosophique

– Papa, as peur des éléphants toi ?
– Bien sûr que j’ai peur des éléphants !
– Mais non ! As peur de rien toi ! Es très fort !
– Oui, bon, d’accord, mais là, quand même, un éléphant c’est très gros, je peux rien faire moi…
– Mais toi tu es très grand papa ! Beaucoup beaucoup !
– Alors oui, certes, mais pas assez quand même… Moi à côté d’un éléphant je suis tout petit et j’ai très peur, tu sais c’est normal d’avoir peur quand on fait pas le poids, c’est même plutôt raisonnable en fait…
– Mais tu sais, si y’a un éléphant, ze te protèze moi.
– Ah bon !? Et comment tu vas faire ?
– Si y’a un éléphant, toi tu rampes, et moi je te tire par les pieds ! Comme ça !
– Ha ! Ha ! Ben dis-donc ! Maintenant j’ai plus peur !
– Non ! Écoute ! Après il faut on court tous les deux très vite !
– Ha ! Ha ! Ha ! Mais c’est vrai ça ! Vite vite !
– Et il faut bien attacher les bottes ! Sinon on va tomber et l’éléphant il va nous attraper !
– Waouh ! Je me sens prêt à affronter des éléphants maintenant ! Et même des lions !
– Papa, as peur des lions toi ?

(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)


– Papa, c’est quand on arrive chez Papy et Mamie ?
– Bientôt, dans un quart d’heure…
– Papa, c’est quoi un quart d’heure ?
– Un quart d’heure c’est le temps de regarder trois épisodes de Peppa Pig.
– Papa, m’ennuie moi.
– Eh ben dans un quart d’heure tu t’ennuieras plus.
– Papa, quand c’est un quart d’heure, m’ennuie plus. Mais quand c’est deux heures, m’ennuie encore.
– Hein ?
– Quand c’est deux heures, m’ennuie encore. Mais quand c’est treize, m’ennuie plus.
– Euh, je comprends pas là… À treize heures tu t’ennuies plus ? Mais là c’est dix-sept heures !?
– Mais non ! Quand c’est krinze heures, m’ennuie encore. Mais quand c’est un deux trois, sept six neuf, vingt et un, vingt deux, m’ennuie plus. C’est facile !
– Ah oui, à vingt et une heure ou vingt deux heures, tu dors, alors forcément, tu t’ennuies plus. C’est ça ?
– Ben oui, tu vois c’est facile !
– Euh…
– Papa, c’est quand on arrive chez Papy et Mamie ?

(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)


c’est une maison bleue
adossée à la colline
on y vient à pied
on ne frappe pas
ceux qui vivent là
ont jeté la clé
on s’y…
– Papa ! Pourquoi ils ont jeté la clé les gens ?
– Eh ben c’est parce qu’ils sont très gentils, ils veulent que tout le monde puisse rentrer chez eux, alors y’a plus de clé…
– Chut ! Papa ! Écoute !
…dans le brouillard
enlacés roulant dans l’herbe
on écoutera
Thom à la guitare
Phil a la kéna
jusqu’à la nuit…
– Papa ! Toi tu joues de la guitare des fois mais
toi tu roules pas dans l’herbe et tes copains
ils roulent pas dans l’herbe quand toi
tu joues de la guitare plutôt !

– Oh oui ! Tu sais, on a passé l’âge de faire des roulades… Et puis on n’est pas des hippies tu vois… On se voit qu’une ou deux fois par an, alors on préfère se parler plutôt…
– Mais chut ! Papa ! Écoute la chanson !
…bleue
accrochée à la mémoire
on y vient à pied…
– À la baignoire !? Pourquoi elle est accrochée à la baignoire la maison papa ?
– Ha ! Ha ! Ha ! Mais non ! À la mémoire ! C’est pour dire qu’elle est dans ses souvenirs quoi, c’est comme un rêve où il retrouve tous ses vieux copains, comme toi au parc, ou comme Papa et Maman pour le jour de l’an…
– Mais ! Chut ! Papa ! Écoute la chanson !
…San Francisco…

(d’après la chanson de Maxime Le Forestier)
(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)


– Papa-caca !
– Ah non ! Faut pas dire ça ! C’est pas beau !
– Papa-pissou !
– Ça non plus c’est pas beau ! Dis plus ça !
– …Papa-pâte-à-modeler ?
– Euh… Bon… Ça ça va… Tu peux le dire si tu veux…
– Papa-rrosoir ?
– Hé ! Hé ! Pourquoi pas ? Ça aussi tu peux !
– Papa-kapla ! Papa-caillou ! Papa-cache-cache !
– Oui ! Pas mal ça ! Ha ! Ha ! H…
– Papa-piss…
– Ah non ! Stop ! Ça j’ai dit non !
– Pistache ! Papa-pistache !
– Oh le coquin ! C’est pas vrai ?! Viens ici !
– Papa-cacao ! Ha ! Ha ! Papa-cacao !! Papa-cacao !!!
– NOM DE DIEU !!! REVIENS ICI TOUT DE SUITE !!!

(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)

photo : Isidro Ferrer


– Papa ! On est dessus quelle planète nous ?
– On est sur la Terre. Cette planète-là.
– Est vrai ? On est dessus cette planète nous ?
– Non, ça c’est Mars. Nous, on est sur la Terre. Celle-là.
– Est vrai ? On est dessus cette planète ?
– Non, ça c’est Mercure. Nous, on est là. Sur la Terre.
– On est dessus cette planète ?
– Non, ça c’est Vénus. C’est pas la Terre.
– Cette planète ?
– Ça, c’est Neptune.
– Celle-là ?
– C’est Jupiter celle-là. Nous, on est sur la Terre. Celle-là. Celle qui est bleue.
– Et Juliette ? Elle est dessus quelle planète, Juliette ?
– Juliette ? Elle est sur la Terre, comme nous ! Pourquoi ?
– Dessus la Terre ! Pareille à nous ! Ouuui ! Je l’aime beaucoup Juliette, moi !

(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)

photo de thenewclotheshorse



– Papa ! Y vont arriver mes amis bientôt !
Paaaapa ! Y vont arriver mes amis bientôt !
– Hein ?! Ah bon ?! Ils vont venir ici ?!
– Oui ! Là ! À nous maison ! Vite ! Est pas prêts nous !
– Mais de quels amis tu parles ?
– Euh…
Ben… Sais pas…
– Ben, comment ils s’appellent ?
– Euh… W… Wito ! Et… Tapito !
– Wito et Tapito ! Ah ! Et ils viennent comment ?
– Euh… Wito à l’hélico, et… Tapito à vélo !
– Génial ! Et à quoi vous allez jouer ?
– Witapitapadapitopitabadapipodapobidaboum !

(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)




– Papa ! C’est pas nous maison ça !
– Hein ?! Mais si, c’est notre appart’ !
– Non ! C’est pas nous maison ça !
– Ah bon ?! Mais elle est où notre maison alors ?!
– Loin ! loin ! loin !
Et elle est bleue !

(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)
(photo Manuel Pita)


%d blogueurs aiment cette page :