Archives de Tag: pluie

Météo France
bulletin spécial fin du monde



chers télésectateurs
demain matin
vingt-sept déluges de bombes nucléaires
s’abattront sur l’Est et sur le Centre de la France

et tout le long de l’axe rhodanien
nous aurons des rafales de vents radioactifs
à plus de 630 km/h

d’immenses raz de marée s’installeront par la façade atlantique

pour ce qui est des habitants de la côte méditerranéenne
ils se contenteront de quelques médiocres cyclones

en raison d’une perturbation causée par le réchauffement climatique
toutes les températures seront toujours très largement en dessus des
normales de saisons

il fera gris sur la Bretagne « il pleut sans cesse sur Brest »

comme dirait notre bon Jacques Prévert national

à ceci près qu’il s’agira de pluies acides

l’après-midi
prévisions quasiment similaires
juste une légère invasion de slogans politiques
anti zombies rescapés cannibales à ajouter vers seize heures

un bref conseil
ne cherchez pas pour autant à prendre la route
pour fuir ce soir les pics de pollution ne vous épargneraient pas

et puis
c’est le week-end de Pâques
les autoroutes seront pleines à craquer de vacanciers

ha ha

je plaisantais bien sûr

chers télésectateurs

demain la Lune sera désintégrée
nous fêterons la saint Babar
je vais maintenant laisser l’antenne
à mon confrère de bidonville futé


Sans penser

venus pour observer des images numériques des vagues de passants entrent et sortent entre les portes de l'antre de la Fnac sans y penser ils entrent avec des univers entiers dans leurs petites caboches et ils ressortent sans penser avec leurs têtes remplies de mondes infinis et parmi les passants qui entrent et qui sortent un passant parmi les passants ne les observe pas sans penser aux passants qui ont l'air de sortir et d'entrer du néant à la douceur de la pluie qui a l'air de tomber de nulle-part au ciel bleu à l'ombre de gros nuages noirs qui rôde encore au sol à l'arc-en-ciel immobile à côté et aux mille couleurs qui reflètent le ciel immatériel et dégradé

Un Chien errant

***

Photo de Yusuf Sevincli

 Des formes Des gouttes de pluie Des parapluies Panneaux indicateurs Enseignes de marques Affiches publicitaires Des coloris vestimentaires s'appliquent sur des quarks Comme de petits paquets de vide Impriment des lueurs phosphènes vivides et vaines Sur les espaces imaginaires des fibres qui virevoltent dans les regards Le chien errant renifle Celui qui sait entrevoir les signes à la place des autres En attendant que tu finisses tes courses Et devine Une galerie marchande ambiguë en plein air Il y a là, j'imagine Un livre ouvert les pages au vent L'odeur des cendres de ma clope Des cris d'enfants s'élèvent sur les aires de jeux Dans les pelages crâniens l'humidité de la pluie Le parfum âpre Des cafés sans sucre Et les courbes ondulantes surréelles Des mannequins en sous-vêtements C'est le début de l'automne Il n'y a pas d'éclaircie Et défilent des formes Qui déforment des files et le tissu de nos habits dans un chaos confus de symboles et de massifs floraux Passe le clebs en flairant Autour des cercles de béton et des figures qui évoluent selon les tracés à couvert De massif en poubelle D'arrières-trains en impressions nouvelles En chiant sur les avenues Et sur les pages au vent du livre ouvert que j'imagine (personne ne lit dans les galeries marchandes Qui chercherait à traduire La chanson britannique Qu'on entends dans les hauts-parleurs ? Nobody understands the lyrics...) au cœur de la galerie marchande Là où ce clebs renifle des syllepses Dans les plis de mon pantalon Là où je suis juste là à t'attendre Et il ne se passe pas grand chose Quand tu passes me prendre sous ton parapluie rose Ta peau rayonne d'existence Il y a en toi quelque chose de réel qui tremble et que j'aime Et ça n'a pas vraiment de sens Mais nous partons par là ensemble Dans le poème informe De ce drôle de clebs

%d blogueurs aiment cette page :