Archives de Tag: poème

Nouveau projet d’Eric Demelis : un rouleau d’1m 50 de large sur 10 m de long composé de petites vignettes légendées par divers auteurs… Hier, je suis passé poser ma patte, et voici un petit montage de ce que j’ai fait. Sachant qu’il y a, d’après nos calculs savants, environ 2000 vignettes sur le rouleau, ça fait encore du boulot !

 

 

 


les fleurs de toutes couleurs
ont l’air de vivre en paix
dans les prairies alors qu’en vrai
sous terre
c’est une vraie guerre de colonisation
appuyée par les assauts des fourmis
et les bombardements des coléoptères
mais
sous les chants militaires
des merles et des grillons
avec son exosquelette
dernier cri une
toute petite abeille s’accroche
quelques grains de pollen
dans les poils de l’abdomen
et s’arrache de là

(minifable)


poésie pour personnes âgées

tu sais à quoi on reconnaît
un poème pour personnes âgées ?
il contient forcément
le verbe « ourler »
le participe « infusé »
ou le nom « étiolement »
couture
tisane
et décoloration
sont les mamelles
de la (dé-)
composition
et si tu trouves
un poème qui contient les trois
c’est un chef d’œuvre du genre
exemple :
« l’étiolement
des étoiles
ourlait
l’aurore
infusée
de poésie »
fonctionne
plutôt bien
non ?



moralité
la fourmi fit un burn out
et survécut des aides sociales
tandis que la cigale
devint milliardaire sans rien foutre
grâce à un simple tube autotuné

(minifable)


– Papa ! Peux me lire un livre à toi ? Z’aime bien quand tu me lis un livre à toi !
– Commande 760 ?
– On est au Burger King bonhomme, tu crois que j’me promène partout avec mes livres ?
– Mais si, dans ta sacoche, y’a un livre là, z’ai vu !
– Ah ça ? La Vie heureuse, c’est pas moi, c’est Sénèque, un ph…
– Papa ! Tu parles pas ! Tu lis !
– Commande 761 ?
– Ok… J’ouvre au hasard… « Ce n’est pas moi, dit le sage, qui vit autrement que je ne parle ; c’est vous qui entendez tout de travers. Le son des paroles est seul parvenu à vos oreilles ; ce qu’il signifie, vous ne le cherchez pas. « En quoi différons-nous, moi le fou et toi le sage, si… » »
– HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA !
– Mais pourquoi tu rigoles, c’est pas drôle ?!
– Mais si c’est drôle, y dit des bêtises le monsieur !
– Commande 762 ?
– C’est nous ! Allez ! Go !

(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)



coucou
moi c’est Robert le rossignol
je voulais seulement signaler
que quand on chante
avec les potes
c’est pas pour servir d’allégorie aux poètes
c’est plutôt qu’on a envie de se reproduire
tu m’diras les poètes aussi
mais quand on y pense
un canard c’est plus une espèce
de mini dinosaure tout dégénéré
une poule en liberté quoi
avec un cerveau rabougri en plus
et qui fait même pas la taille d’une noix
tu vois ça m’étonnerait qu’un pigeon ait
un semblant
de sentiment
d’une quelconque profondeur
quand il vole au-dessus des nuées
« par-delà les frontières »
en fientant
sur vos têtes
alors
voilà
c’était Robert le rossignol
message aux ménestrels
foutez la paix aux trucs qui volent
pas de vos
propres ailes

..

(antipoème)


...

Logis-ciel
(désinstallation ininterrompue)

Votre séjour sur cette planète est une application intégralement gratuite, et vous devrez au moins payer tout ce qui vous permettra peut-être de rester en vie. Les vivants que vous dévorez, les fluides que vous subtilisez, tout l’air que vous volez, ce qui pénètre en vous devient toujours et à jamais votre propriété inaliénable, jusqu’à ce que vous le rendiez à qui de droit. Vous êtes tout à fait libre d’inonder le monde avec la crème de votre vie privée, et de remercier dieu et vos parents de vous avoir créé un compte sur leur page d’autopromotion. Vous possédez vous-même tous les selfists que vous pubissez sur Assbook, nous sommes totalement libres de les insérer dans nos annales. En installant votre logis sous un ciel confortable, vous n’êtes pas obligé d’abattre une centaine de tamariniers, d’assassiner vingt tigres et treize espèces de papillons, de dessécher tout un village d’un pays très lointain. Mais si vous ne souhaitez pas faire appel à tous nos partenaires, votre logis ne pourra pas être installé sous un ciel confortable. Notre politique de confidentialité devra rester confidentielle, pour des raisons de politique. Cliquez ici pour valider nos conditions d’inhumanisation : □.

illustration : Sammy Slabbinck



camaïeu de verts
sur les miches toutes blanches des cimes
et si t’es pas content y’a aussi la raie du pêcheur en treillis militaire

(haïcul)


– Maman ! Dans nous maison, on va mettre une grande cheminée pour faire du feu avec des fleurs, et comme ça ça sent bon ! Dans nous maison nouvelle, on mettra une marmite de pipi-caca dessus le feu, comme ça le loup y cuit dans mon pipi ! Maman ! Noutre maison ça sera une maison-bac-à-sable, comme ça on peut creuser des baignoires où on veut, et puis aussi, on peut changer les murs des chambres comme on veut ! Hein maman ? Dans nous zardin y’aura un gros robot pour faire fuir tous les papillons, un arbre avec beaucoup de feuilles pour faire une cabane comme au parc, et un tout petit trou comme ça on fait une chambre à l’écureuil ! Hein maman ? Maman ! On aura ça dans nous maison à nous ?

(dialogues philosophiques avec un gentil p’tit démon)


Ok Google
(l’homme qui googlait à l’oreille de Google)

j’ai tapé :
qu’est-ce que l’homme ?
dans Google
Wikipédia m’a répondu :
« un animal qui se réveille
avec une tablette 11 pouces le matin
qui passe la journée sur son téléphone 5 pouces
et qui s’endort devant une télé 32 pouces »
j’ai tapé :
pourquoi sommes-nous sur Terre ?
dans Google
Google Earth m’a répondu :
« l’important ce n’est pas l’endroit où l’on se trouve
c’est qu’il vous reste 171 964 km à parcourir à pieds
avant la fin de votre itinéraire sur cette planète
soit environ 10 années de marche »
j’ai tapé :
y’a-t-il un dieu ?
dans Google
Twitter m’a répondu :
« le compte de Jésus-Christ
a quasiment autant de followers
que la page Instagram de Mahomet »
j’ai tapé :
et l’amour ?
dans Google
Facebook m’a répondu :
« liker c’est d’abord se liker l’un l’autre
mais vous avez atteint le nombre maximum
d’amis
autorisés »

image : Sammy Slabbinck


%d blogueurs aiment cette page :