poésie biologique

7 coutumes ancestrales
pour reconnaître un véritable homme de Néant


habitant
des parpaings
pleins de plages
perdues
en mers
de murs

habillé
de pelages
plastiques

tu t’éclaires
à la lueur
d’un torrent
barré
bien au chaud
de la flamme
d’un atome

pour graver des messages
sur des tablettes de sable
à la pointe d’un index
bien taillé

devant des
fééries
innées
créées
à partir
d’électrons

tu manges
tu changes
des êtres d’eau
en étrons dans
l’eau

tu t’essuies sur les arbres
et tu crames leurs fantômes
pour t’enfuir en voiture
faire un p’tit tour
de rien

Voir l’article original

À propos de Langda

C'est qui Perrin Langda ? Voir tous les articles par Langda

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :