(ci-gît
un cimetière
d’escargots)

(mes erreurs
de toutes les tailles
entassent ici
leurs coquilles
vides)

(un poème les a brisées d’un coup de bec
pour picorer leur chair gluante
puis repartir sur un coup d’aile)

ma langue
est plus une
limace qui
traverse
langou-
reusement
le chemin
sous la pluie

(j’dis ça
j’dis rien)

(j’ai l’esprit un peu lent)

(j’ai oublié mon appareil photo mais j’ai quand même pris des poèmes)

Lire la suite

drôle d’endroit
pour passer des vacances

le matin
chaque brin d’herbe est soit tout cramé
soit squatté par de tout petits escargots argentés

y’a des fleurs qui poussent
mais dans les poubelles
et la pelouse toute jaunie bourgeonne
de burgers qui se décomposent

à midi
un teufeur fait dodo
sur la seule table de pique-nique

les emballages
carton volent entre les nuages
gris masqués par d’épaisses fumées noires
venues de la forêt du coin qui flambe encore

chaque soir
on y respire de la poussière de Terre

des ados font des raves
parties avec leurs téléphones portables
et les rayons lasers d’un soleil tout bavant

cette nuit
y’a même une exposition
d’un certain « TEUBI »
l’artiste a gribouillé son blaze dans la poussière
de tous les murs qui tiennent encore debout

c’est les gamins
qui dansent jusqu’au petit matin
et les parents qui s’couchent avec les poules

demain
cherche pas non plus
à plonger dans l’étang du coin :
« fermé pour pollution aux bactéries fécales »

(j’ai oublié mon appareil photo mais j’ai quand même pris des poèmes)

Lire la suite


du vent dans l’âme


l’air de rien

une forteresse
crâne


lieu touristique pour poux

armateurs de cheveux
hauts-perchés


son squelette de calcaire

charrie des montagnes

bien loin des terres de peaux
boisées de poils


quand l’eau des fleuves coule dans ses veines

toutes les vallées du pays s’articulent
semblables à un immense golem dont les membres s’éveilleraient lentement
………………………………………………………………………………………..
bon
au lieu de raconter des conneries je vais peut-être redescendre maintenant


(j’ai oublié mon appareil photo mais j’ai quand même pris des poèmes à Sisteron)

Lire la suite

..wp-1470422076014.jpeg.

Un nouveau livre d’artistes fait main en deux exemplaires un peu différents, avec des dessins à l’encre de chine de Françoise Giraud.

 


wp-1470422083991.jpeg

wp-1470422101953.jpeg

wp-1470422110001.jpeg

wp-1470422120731.jpeg

Lire la suite


arrêt sur nuages
pause falaises
elles ressemblent à d’immenses vagues
pétrifiées qui retiennent la mémoire
d’anciennes tempêtes encore un peu menaçantes



et tout ces jeunes
si insouciants
qui continuent de surfer
là-dessous avec leurs téléphones



j’ai bien reçu
quelques gouttes
d’écume des cimes



il pleut
quoi


(j’ai oublié mon appareil photo mais j’ai quand même pris des poèmes)

Lire la suite


à l’orée

un panneau sur une tronche de bois :

« vous entrez dans
la forêt d’une conscience »


tous ces troncs d’arbres en sont les barreaux

les cailloux
le calcaire
du crâne

les pins c’est des pointes de cheveux

et les aiguilles sur le chemin

vous piquent un peu la gorge


ici ça mousse de souvenirs d’enfance

la fraîcheur de l’oubli aussi fait du bien
on y entend couler le temps

et le chant d’un poème
…………………………perché
dans le silence


les rayons du monde extérieur vous y atteignent parfois
à travers des branchages affreux

mais quand vous déboulez sur une clairière

c’est l’illumination

(j’ai oublié mon appareil photo mais j’ai quand même pris des poèmes)

 …

Lire la suite


c’est fou
tout c’qu’on peut
trouver dans un
nuage

de la pluie
qui rêve
de s’envoler

des montagnes
de soucis
des randonneurs perdus
qui essaient juste
de ne pas y penser

des blocs
de grêle
qui vous
rafraîchiraient
la mémoire

des grenouilles en voyage

des parapentes paumés

des pays entiers dans la brume

des orages
qui se retiennent d’éclater
tout pleins d’idées fumeuses

que le vent dissipera

peut-être
peut-être pas

(j’ai oublié mon appareil photo mais j’ai quand même pris des poèmes)

 …

Lire la suite

à l’horizon de la plage
de Chindrieux
(un tout petit village de Savoie)
la chaîne de l’Épine et
le massif de la Chambotte
aussi
sont persuadés
d’avoir raison
en se jetant
l’un contre l’autre
dans le lac du Bourget
où je nage
comme embarqué dans cette extraordinaire
scène d’affrontement titanesque
mais la tête juste au raz des vaguelettes
avec des libellules
qui copulent
quelques petits perchots
qui se cherchent à
manger et des poules
d’eau qui s’la coulent
douce

(j’ai oublié mon appareil photo mais j’ai quand même pris des poèmes)

 …

Lire la suite

(pikhaiku
pikhaiku
rimbizarre)

chasse aux poèmes on
m’aura vu déambuler
au sommet d’une crête
au bord d’un pont
ou tout au fond d’une gorge
les yeux absorbés par mon
carnet
de brouillon

(hymnomade
ramélodie)

et puis d’abord moi aussi
quand j’en attrape un
j’ouvre ma pomme de bulle

et j’emploie toute mon application
à le dresser
pour qu’il soit
mieux

(colostrophe
colostrophe
colostrophe
colostrophe)

pour l’instant ma femme
trouve que je joue un peu trop
souvent tout seul
à part quelques castors

mais les modes changent
qui sait ?


(j’ai oublié mon appareil photo mais j’ai quand même pris des poèmes)

 …

Lire la suite

j’ai calé
des mots
comme
un barrage
de galets
(écoutez les
qui s’empilent)
mais le
blanc
de la page
coule entre les
cailloux qu’a
-t-on de plus
à dire que
le torrent
capricieux
et clair
ou que le tronc couché dessus
pour traverser vers quelque
pendant ……………………………… obscure
que nos …………………..forêt
pensées …………………………. calme
suivent leur
pente

(j’ai oublié mon appareil photo mais j’ai quand même pris des poèmes)

 …

Lire la suite

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 2 189 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :