« feather burger »
(la plume du shaman)


pèsent pas grand chose
nos plumes

comparées au
poids de toutes nos souffrances

mais l’érosion fait d’jolies pierres
à l’horizon d’ma belle Arizona

se dit l’indien
obèse dans son pick up

en bouffant son troisième
« feather burger »

***

(livre d’artistes en un seul exemplaire fait avec Thierry Lambert)

 

Lire la suite

11 fake news sur moi
qui sont quand même partiellement vraies

j’ai changé de sexe
huit fois et demi
et j’éprouve un amour modéré
pour certains perce-oreilles

je suis pour
une langue
poétique
phonétique
qui se prononcerait
comme elle se pense

j’ai un conte
secret caché
dans une ombrelle
dorée de ma mamie

j’ai jamais mis les pieds sur la Lune
mais je viens d’un pays du Soleil
et même d’autres étoiles

je vole
la flemme
de ceux
qui ne l’ont
pas assez

je prône
le port du voile
dès l’école maternelle
si le port est en mer
et si la voile est une âme
qui prend le large

je lâche très souvent dans le vent
des traînées de substances chimiques
sur d’insouciantes populations mais
jamais par avion

je participe
chaque soir
à des dîners
satanistes
où l’on donne
de la bouillie
véganienne
à des fœtus
diablement
développés

j’ai un
cerveau
reptilien
illuminé

je complote pour
qu’on se pelote

j’ai encore
plein de secrets
dont les médias
n’ont vraiment
rien à cirer

Lire la suite


qu’est-ce qui a bien pu me conduire
peu de temps après avoir abordé la philosophie de l’Absurde
vêtu d’une de mes plus jolies chemises à fleurs
avec trente-cinq ados plutôt croyants mais réceptifs

à ramper
en jogging tongs-chaussettes
taché de sauce salsa ultra hot
à l’intérieur d’un labyrinthe multicolore de cubes étroits
dans une fameuse enseigne de restauration rapide ?

la réponse
se tortille quelque part…

est-ce qu’elle est dans les hurlements
de mon fils coincé tout là-haut ?
dans les rires d’une maman sortie manger entre copines ?
ou dans l’air du printemps sur mes orteils frileux ?

Lire la suite

(poème pliable avec Eric Demelis)



















un coin où
la nuit se renverserait
en son contraire le rêve
où nos penchants seraient
de grandes plaines dépliées
un coin à soi où des
fragments de mondes
frémiraient
moins

Lire la suite

« la feuille »
(alchimie de l’air)

observons une feuille de chêne

sa peau a la couleur des prairies
où galopent les coccinelles sauvages

les branches de ses veines
dessinent un arbre généalogique
pour chaque petit brin d’herbe

dans sa sève
des étoiles naines
marient la lumière
aux pets d’vache

(livre d’artistes en deux exemplaires
avec un dessin de Thierry Lambert)

 

Lire la suite

Adieu doudou lapin tout maigre
(dessin d’Eric Demelis)

……Tout le monde a besoin d’un doudou. Même les grands en gardent un dans leur tête. Le mien est une espèce de long lapin tout maigre avec un bout d’étoile cramée sur son oreille et un air nostalgique. Oh moi aussi des fois je lui parle en rêvant je lui dis ah la la qu’est-ce que c’était bien mieux avant… Avant les gens achetaient leur pain juste avec un peu d’vent… Avant écrire des romans fleuves était le passe-temps préféré des p’tits enfants…. Avant y’avait pas tout c’béton les pic verts bossaient dur la campagne sentait bon la lavande… Avant… Avant… Attends… Avant aussi t’étais moins vieux… C’est p’t’êt’ pour ça qu’tu crois qu’avant c’était bien mieux… Avant tu voulais pas aller d’l’avant ? Avant tu voulais pas finir ta vie avant d’avoir empêché les nouveaux d’avancer ? Voilà c’que mon doudou lapin tout maigre me rappelle quand j’ai des vieilles idées qui puent la merde. Tout le monde a besoin d’un doudou. Même les grands en gardent un dans leur tête.

 

Lire la suite

Avoir un aquarium dans l’bocal
ne rend pas les oiseaux suicidaires

(dessein légendaire version couleur avec Eric Demelis)

 

Lire la suite

O.V.I.N.
(pelote de haine)

tu leur dis d’aller à l’est
ils vont tous à l’ouest
tu leur dis d’aller à l’ouest
ils filent tous vers l’est
tu leur dis que tout est perdu
ils arrivent tous à survivre
tu leur dis qu’il reste un espoir
ils sautent tous dans le vide

c’est bête
nous sommes
de tranquilles
troupeaux mais
le frôlement
d’un vieux souvenir
sur la brûlure
créée par le passé
suffit à raviver
tous nos démons

La faute aux personnes normales !
Président sauve le monde !
Superhéros ? Superpouvoirs ?
Des bons à rien oui !
Le problème c’est les gens qui s’aiment !
Faudrait raccourcir les minijupes !
Et y’a trop d’milliardaires !
C’est eux qui nous volent nos yachts !
On peut pas accueillir tous ces proprios !
Attention dangereux pacifistes !
Coupables de n’avoir rien fait de mal !

 

(textes d’un livre pauvre illustré par Thierry Lambert,
pour la collection de Daniel Leuwers)

Lire la suite

le Rêve Parti
met le feu
à la discoTerre

(un dessein légendaire, avec Eric Demelis)

Lire la suite


Le site des éditions de la Pointe Sarène rassemble les notes de lecture rédigées sur Glace Belledonne. La dernière est signée du poète Jean-Claude Touzeil et ça fait bien plaisir :


« Si, comme moi, vous ignorez le sens de Belledonne, sachez que c’est le nom d’un massif des Alpes de la région de Grenoble. Cela dit, attendez-vous à des surprises dans la « lecture » de ce paysage de montagne qui n’a rien d’une banale carte postale. C’est que le regard du poète va tout changer : sous l’oeil malicieux de Perrin Langda, ce massif de Belledonne devient une glace géante, flottant sur un océan de douceurs, toutes plus appétissantes les unes que les autres, au milieu d’une rivière de menthe… C’est aussi que le point de vue s’affirme comme original et volontiers déroutant tout au long du recueil. Par exemple, ce poème qui donne carrément le vertige : Funambulisme légèrement hyperbolique // à droite / en bas / les files / d’autos / comme / des fourmis / à gauche / plus haut / le mur / de pierre / qui grimpe / vers des / paraboles / célestes / et sous / les pieds / le rebord / du trottoir //

Par ailleurs, le poète montagnard s’adonne souvent à l’escalade : pour cela, il se métamorphose en chat et en profite pour faire son bilan : …/…un peu plus de / neuf vies / je suis / toujours / sur pattes //

Enfin, pour l’anecdote, signalons que le poème intitulé L’homme qui fumait les soirs d’été figurait déjà sur la balise n° 9 du « Chemin des Poètes » en 2015.

Voilà, voilà…

J-C. T. »

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :