Ô le tonneau des Danaïdes…

Ô le tonneau des Danaïdes Sans cesse tu te plains Qu’il soit toujours à moitié vide Il est à moitié plein Oui, les gosses naissent dans leur tombe Mais les gens vivent, un peu L’amour est ce trou que l’on comble Mais peut-on rêver mieux ? Je trouve belle la nature C’est déjà mieux que rien Et je me dis, dans ma voiture Que tout cela est bien

À propos de Langda


4 responses to “Ô le tonneau des Danaïdes…

  • Désirée

    Exceeeeellent. Du Langda tout craché. 😉 Je plussoie.

  • racbouni

    rahh dommage, je trouve que ça part bien mais le dernier quatrain retombe dans une certaine banalité qui ne nous fait pas découvrir quelque chose de nouveau ! Dommage vraiment , les deux premiers quatrains sont pas mal, surtout le premier !!!

    • Langda

      Hé hé ! Je suis d’accord avec toi, mais ce dernier quatrain conclut tout de même bien le « raisonnement ». J’avais trois ou quatre autres manières de conclure (beaucoup moins brièvement), et je préférais celle-là, dont la banalité n’est pas innocente.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :